Choquée par cette affaire, l'eurodéputée et présidente de Cap 21, Corinne Lepage, avait écrit au procureur général près la Cour de cassation pour éclaircir les conditions dans lesquelles Eric Woerth avait cédé "l'Hippodrome du Putois" à la société des courses de Compiègne.
Choquée par cette affaire, l'eurodéputée et présidente de Cap 21, Corinne Lepage, avait écrit au procureur général près la Cour de cassation pour éclaircir les conditions dans lesquelles Eric Woerth avait cédé "l'Hippodrome du Putois" à la société des courses de Compiègne. - Mychele Daniau AFP/Archives

A.-L.B.

L'ancienne ministre de l'Environnement Corinne Lepage a annoncé ce mardi soir sa candidature à l'élection présidentielle, au 20 heures de TF1. Elle a notamment déclaré: «J'ai beaucoup réfléchi, je me suis beaucoup préparée et je souhaite être candidate à cette élection».

Sur son site, l'eurodéputée et présidente de Cap 21 indique que «son projet présidentiel repose sur réel changement de cap et sur une autre méthode de gouvernance. Fondé sur la réalité économique, même quand elle dérange, ce projet doit permettre de fournir aux Français les moyens de se remettre en mouvement pour construire ensemble une transition vers un modèle de développement économique et social soutenable, c’est-à-dire réaliste et cohérent».

Son projet repose sur «un changement profond de société, valorisant la société civile, les contre pouvoirs et permettant de retrouver le sens de l’intérêt général et la confiance dans l’avenir. Réindustrialisation, grâce au changement énergétique, sécurité humaine, nouvelle approche de la réduction de la dette un nouveau projet qui aboutira à un renouvellement sensible de la pensée, un changement profond de méthode et une nouvelle approche des comportements des acteurs politiques», ajoute-t-elle.

Dix ans après une première candidature à la présidentielle de 2002, recueillant 1,88% des voix au premier tour, Corinne Lepage avait ensuite co-fondé le Mouvement démocrate (Modem) avec François Bayrou, qu'elle a depuis quitté.