François Hollande le 20 juillet 2011 à Paris.
François Hollande le 20 juillet 2011 à Paris. - M. MEDINA / AFP

C.C. avec Reuters

François Hollande a le sens de la formule. Le député de Corrèze s'est déclaré ce vendredi «heureusement inquiet» par rapport aux sondages qui le désignent comme le favori des primaires socialistes pour l'élection présidentielle de 2012.

François Hollande, qui devance régulièrement Martine Aubry dans les sondages à l'approche des primaires d'octobre, n'entend en effet  «jamais» confondre «un sondage avec une élection». «Je me soigne par rapport à ce qui pourrait être un optimisme béat et en même temps, je sais qu'aujourd'hui, j'ai une responsabilité particulière parce que, précisément, je suis regardé comme un possible prochain président de la République», a-t-il ajouté sur RTL.

François Hollande, qui a rappelé que ses priorités seraient une réforme fiscale et l'action en faveur des jeunes, a évoqué en outre un «programme de gouvernement» avec les écologistes. «Les écologistes ont organisé une procédure, désigné Eva Joly, c'est leur choix», a-t-il dit. «Maintenant, il va falloir négocier avec les écologistes un programme de gouvernement, et ce sera en fonction de ce programme de gouvernement qu'il y aura un certain nombre de circonscriptions qui pourront être réservées aux Verts», a conclu le député socialiste.