Corinne Lepage: A Europe Ecologie-Les Verts, «l'esprit de fermeture domine»

14 contributions
Publié le 18 août 2011.

INTERVIEW - Présidente de Cap 21 et ancienne candidate écologiste à la présidentielle, Corinne Lepage juge que le mouvement écolo a court-circuité son élan d’ouverture et de rassemblement...

Vous rendrez-vous à Clermont-Ferrand pour les journées d’été d’Europe Ecologie-Les Verts?

Non. Je ne suis pas invitée cette année et c’est une assez bonne raison pour ne pas y aller. Au-delà de la forme, j’étais allée à Nantes l’an dernier parce que l’esprit d’ouverture et l’envie de rassemblement dominaient. Cette année, ce n’est plus le cas. Les Verts ont repris le pouvoir sur Europe Ecologie, c’est l’esprit de fermeture qui domine. On est revenu à la case départ, avant tout le formidable travail entrepris par Daniel Cohn-Bendit pour construire une écologie politique rassemblée.

>> Tout savoir sur les journées d'été, c'est par ici

Tous les anciens candidats écologistes à la présidentielle ont été invités, pas vous. Vous êtes incompatible?

Je suis sur une ligne écologique différente, républicaine, qui admet l’entreprise, qui défend un capitalisme entrepreneurial, qu’Europe Ecologie-Les Verts regardent comme quelque chose de menaçant. A Nantes l’an dernier, j’avais été très bien accueillie par les élus et la base, signe incontestable que ma légitimité environnementale existe, du fait de mes combats. Cécile Duflot m’avait même dit qu’ils avaient besoin de moi. Elle a visiblement changé d’avis. Eva Joly et les Verts me voient d’un mauvais œil je crois.

Nicolas Hulot n’ira pas à Clermont-Ferrand, vous le comprenez?

Je le comprends, il a le sentiment d’avoir été tiré à bout portant dans un bois. Il y a eu beaucoup de coups bas, violents, durant la primaire. Il y avait une règle du jeu qui disait que tout le monde devait se ranger derrière le candidat élu, mais c’est difficile à mettre en place quand ledit candidat n’a pas eu le comportement attendu. J’ai eu beaucoup de désaccords avec Nicolas Hulot, mais je partage son analyse sur le positionnement politique. Il y a une différence énorme entre l’électorat large, ouvert, qui a voté pour Daniel Cohn-Bendit aux Européennes, où Europe Ecologie a fait un très bon score, et les 18.000 personnes qui ont voté à la primaire. C’est d’autant plus dommage que la ligne de Nicolas Hulot ne l’a pas emporté parce que le moment est vraiment venu pour la construction d’un vrai parti de rassemblement républicain, européen et écologique, entre le PS et le centre du MoDem à Borloo.

Pour que l’écologie politique avance, souhaitez-vous tout de même bonne chance à Eva Joly et EELV à la présidentielle?

Je ne lui souhaite rien de particulier. Je réserve mon avis. Je ne sais pas encore si je serais candidate ou pas, ni pour quel candidat je ferais mon choix.

Propos recueillis par Maud Pierron
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr