Martine Aubry tord le cou aux rumeurs sur elle et son mari

POLITIQUE – Jean-Louis Brochen serait un avocat islamiste et la candidate PS serait alcoolique, homosexuelle et aurait une tumeur au cerveau...

C. F.

— 

La Première secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry, lors d'annonce de sa candidature aux primaires socialistes à Lille, le 28 juin 2011.

La Première secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry, lors d'annonce de sa candidature aux primaires socialistes à Lille, le 28 juin 2011. — B.TESSIER / REUTERS

Martine Aubry contre-attaque. La candidate aux primaires socialistes pour la présidentielle 2012 a profité d’un déplacement à Turin vendredi pour tordre le cou aux rumeurs sur son compte et celui de son mari, Jean-Louis Brochen.

L’ex-première secrétaire du PS a confié aux journalistes qu’elle n’hésiterait pas à porter plainte contre les sites qui les diffusent, comme le rapporte Le Journal du dimanche.

Son mari est ainsi présenté comme un avocat islamiste. Ancien président du Syndicat des avocats de France, l’époux de la candidate a défendu en 1993 des jeunes lycéennes portant le foulard islamique menacées d’exclusion ainsi qu’un jeune coiffé d’une kippa.

«Je ne crains pas une campagne vile»

«Sur mon mari, ça a commencé il y a deux ans. Je sais tout, je sais qui les lance, je l’ai appris avant que ça ne sorte de deux sources différentes, des fonctionnaires m’ont alertée ; un jour, on racontera tout», a-t-elle soufflé au JDD, racontant qu’elle n’avait pas hésité à décrocher son téléphone pour appeler ceux qu’elle soupçonne de calomnier son époux ou de répandre des rumeurs «sur son alcoolisme présumé, sa prétendue tumeur au cerveau ou son imaginaire homosexualité». Parmi ces personnes figurent un  haut responsable de l’Elysée - un ancien préfet - et un ancien ministre chiraquien, indique l’hebdomadaire.

«Je ne crains pas une campagne vile; les attaques, j’en ai suffisamment reçu dans ma vie pour être blindée. Et puis il y a la justice pour répondre. On peut dire “elle n’est pas bonne, ce qu’elle dit est faux”, mais je ne pense pas avoir des choses à me reprocher», lancé Martine Aubry vendredi. Malgré tout, la candidate prend parfois tout cela avec humour. Elle aurait raconté en plaisantant à sa mère tout ce qu’on colportait sur elle, en riant encore.