Dans un bureau de vote pour les primaires socialistes  le 16 novembre 2006 à Marseille. Contrairement à 2011, le vote avait été réservé aux  seuls militants socialistes. 
Dans un bureau de vote pour les primaires socialistes le 16 novembre 2006 à Marseille. Contrairement à 2011, le vote avait été réservé aux  seuls militants socialistes.  - BORIS HORVAT / AFP

Catherine Fournier (avec Reuters)

Le dépôt officiel des candidatures  pour les primaires du PS s'achève ce mercredi. Outre Martine Aubry, Ségolène Royal, François Hollande, Manuel Valls, Arnaud Montebourg, Christian Pierret et Jean-Michel Baylet qui ont déjà fait acte de candidature, les autres participants ont jusqu’à minuit pour se déclarer et déposer leurs parrainages.

Premier tour le 9 octobre

Ne peuvent se présenter que des membres du PS ayant reçu un nombre suffisant de parrainages d'élus (Au choix, 5% des parlementaires socialistes, 5% des membres du conseil national du PS,  5% des conseillers régionaux ou généraux socialistes issus d'au moins 10 départements et quatre régions, 5% des maires socialistes des villes de plus de 10.000 habitants, issus d'au moins quatre régions). Un seul parrainage est autorisé par personne.

Les électeurs devront ensuite attendre le 9 octobre pour pouvoir désigner leur candidat, puis le 16 si un second tour est nécessaire. Contrairement aux primaires de 1995 et de 2006, l'édition 2011 n'est pas réservée aux seuls militants socialistes mais ouverte à l'ensemble des sympathisants de gauche.

Un euro de participation

Pour y participer, il faut s'être inscrit sur les listes électorales avant le 31 décembre 2010. Pour les mineurs, il faut avoir 18 ans au moment de l'élection présidentielle ou bien être membre du Parti socialiste (PS) ou du Mouvement des jeunes socialistes (MJS). Les étrangers peuvent voter s'ils sont membres du PS ou du MJS.

Au moment du vote, chacun devra verser au moins un euro de participation au financement du scrutin et signer une charte d'adhésion aux valeurs de la gauche.

Polémique sur l’utilisation des listes électorales

Pour mener à bien cette opération, le PS va se constituer, avec l’accord de la Commission nationale de l’informatique et des libertés, un fichier d’électeurs avec les listes électorales. Fichier qui doit être détruit dans un délai d’un mois. Malgré tout, la droite redoute l’utilisation que le PS pourrait faire des fichiers de votants et Claude Guéant, le ministre de l’Intérieur, a rappelé qu’il devrait donner des garanties sur la destruction des listes.

Le PS rétorque avoir suivi les recommandations de la Cnil, qui a rendu un avis favorable le 12 mai dernier.

Une Haute autorité des primaires citoyennes présidée par Jean-Pierre Mignard, Catherine Barbaroux et Rémy Pautrat est par ailleurs chargée de superviser le scrutin. C'est elle qui procédera à l'enregistrement des candidatures et au contrôle des opérations. Elle tranchera les éventuels contentieux et proclamera les résultats définitifs.