Passation de pouvoirs entre Bernard Cazeneuve et Edouard Philippe. Matignon, le 15 mai 2017
Passation de pouvoirs entre Bernard Cazeneuve et Edouard Philippe. Matignon, le 15 mai 2017 - Francois Mori/AP/SIPA

Emmanuel Macron a abattu lundi la première carte de sa « recomposition politique » en nommant un Premier ministre de droite, le député-maire (Les Républicains) du Havre Édouard Philippe.

>> A lire aussi : VIDEO. «Arrogant», boxeur... Cinq choses que vous ne savez peut-être pas sur Edouard Philippe, le nouveau Premier ministre

Lors de la passation de pouvoirs qui a eu lieu ce lundi à Matignon, l’ancien Premier ministre, Bernard Cazeneuve et Édouard Philippe, son remplaçant, ont tous deux souhaité rappeler dans leur discours leurs origines normandes.

Bernard Cazeneuve a ainsi aujourd’hui « accueilli un Normand. Ça compte pour vous comme pour moi, la Normandie. Cette région dont Tocqueville disait que "Les Normands sont violemment modérés" ». Édouard Philippe a souligné avec humour que « les Normands sont certes violemment modérés, ils sont aussi parfois conquérants, et vous êtes complètement normand, et moi aussi ». Il a ensuite souhaité « comme on dit au Havre, bon vent ! » à l’ancien locataire de Matignon.

>> A lire aussi : «Emmanuel Macron ne laissera pas Edouard Philippe en première ligne», affirme le politologue Stéphane Rozès

Édouard Philippe et Emmanuel Macron devraient s’entretenir dès demain, mardi, au sujet de la constitution du nouveau gouvernement.

Mots-clés :