«Emmanuel Macron ne laissera pas Edouard Philippe en première ligne», affirme le politologue Stéphane Rozès

INTERVIEW Le président a nommé son Premier ministre, mais quelle marge de manoeuvre veut-il lui accorder pour gouverner?...

Propos recueillis par Anne-Laëtitia Béraud

— 

Collage AFP du président Emmanuel Macron et du Premier ministre Edouard Philippe

Collage AFP du président Emmanuel Macron et du Premier ministre Edouard Philippe — AFP

Le tandem au sommet de l’Etat est posé ce lundi. Le président Emmanuel Macron a nommé Premier ministre Edouard Philippe, député-maire Les Républicains du Havre (Seine-Maritime). Alors qu’Emmanuel Macron a dit vouloir être un « président jupitérien », quelle sera la marge d’action de son Premier ministre ? 20 Minutes a posé la question au politologue Stéphane Rozès, président de CAP (Conseils, analyses et perspectives)…

Le 29 mars, en campagne, Emmanuel Macron déplorait : « le président est devenu celui qui dirige tout sur tous les sujets. Il a écrasé la fonction de premier ministre ». Pensez-vous qu’il souhaite accorder plus de liberté au locataire de Matignon ?

Emmanuel Macron doit asseoir sa majorité parlementaire. Et c’est pourquoi il mènera, à mon avis, la bataille des législatives qui revient traditionnellement au Premier ministre. La participation en baisse, l’importance des blancs et des nuls, le manque de cohésion révélés lors du second tour de la présidentielle obligent le président à rechercher et construire une légitimité forte. Pendant cette période électorale, Emmanuel Macron ne laissera donc pas Edouard Philippe en première ligne.

>> Le live politique du jour est à suivre en direct par ici

Comment « l’utilisera »-t-il alors ?

Tout d’abord en l’ayant nommé Premier ministre ! C’est d’ailleurs un choix intelligent. Après l’investiture de candidatsLa République en marche de tropisme de centre-gauche pour les législatives, la nomination d’un Premier ministre de tropisme gaulliste, de centre-droit, constitue un signal en direction de cet électorat. Le président peut espérer tirer bénéfice de la nomination de cette personnalité qui incarne par ailleurs une nouvelle génération pragmatique.

>> A lire aussi : >> A lire aussi: «Arrogant», boxeur... Cinq choses que vous ne savez peut-être pas sur Edouard Philippe

Après les législatives, pensez-vous qu’Emmanuel Macron veuille laisser une liberté de manœuvre à son Premier ministre ?

Après les législatives, il laissera à mon avis Edouard Philippe se déployer en parallèle, à ses côtés. Mais avant, non. La priorité est une majorité parlementaire. Une remarque : on n’attend pas d’Edouard Philippe qu’il fasse preuve d’originalité mais de justesse et de cohérence avec le projet de redressement d’Emmanuel Macron. Au président le régalien, au Premier ministre de s’occuper de la compétitivité économique, sans oublier les fondamentaux posés par le candidat pendant sa campagne, à savoir l’école et la culture.

Edouard Philippe imposera-t-il un style ?

En termes de communication, Edouard Philippe sera très simple. Il a une bonne intelligence et ne fait pas d’esbroufe. Il n’est pas versé dans les excentricités.