VIDEO. «Arrogant», boxeur... Cinq choses que vous ne savez peut-être pas sur Edouard Philippe, le nouveau Premier ministre

ZOOM Famille, études, boxe, retrouvez des informations originales sur Edouard Philippe...

A.-L.B.

— 

Edouard Philippe, député-maire Les Républicains du Havre (Seine-Maritime) aux chantiers navals de Saint-Nazaire le 1er février 2016.

Edouard Philippe, député-maire Les Républicains du Havre (Seine-Maritime) aux chantiers navals de Saint-Nazaire le 1er février 2016. — EBASTIEN SALOM-GOMIS/SIPA

Avec son air à la Jean-Pierre Darroussin, vous allez bientôt vous habituer à Edouard Philippe, 46 ans, Premier ministre d’Emmanuel Macron. 20 Minutes revient sur cinq infos qui vous ont peut-être échappé à propos du député-maire Les Républicains du Havre (Seine-Maritime)….

>> Le live politique du jour à suivre en direct par ici

Méritocratie et élitisme

Sciences-Po Paris, ENA, le parcours d’Edouard Philippe est un produit de la méritocratie française. Mais comme il le raconte dans le documentaire Édouard, mon pote de droite de Laurent Cibien, son grand-père a été docker, son père a été le premier à avoir le bac dans sa famille… avant que lui tutoie l’élitisme à la française avec l’ENA. Cette école formant les hauts fonctionnaires ? « Fier de l’avoir fait et je ne vais pas m’en excuser ». Il refuse cependant que deux ans de scolarité le marquent à jamais auprès de ses détracteurs.

De droite, option Juppé

Après avoir milité deux ans au PS durant ses années d’études à Sciences-Po Paris, Edouard Philippe se tourne à droite avec Antoine Rufenach, figure du Havre. Il prend l’option Alain Juppé en 2002. Un homme avec qui il travaille à l’UMP puis en cabinet ministériel, avant d’être l’un de ses porte-paroles durant la campagne de la primaire à droite. Alain Juppé est d’ailleurs le seul homme politique qu’il juge à sa hauteur intellectuellement, rapporte Gaël Tchakaloff qui a passé « 18 mois ferme » avec l’équipe du candidat à la présidentielle pour son ouvrage Lapins et merveilles. Un chapitre est consacré à la « petite mascotte juppéiste et grand chef de l’organisation de la primaire [à droite] ». Avec une description pas piquée des hannetons : « Look de gendre idéal, brutalité vallsienne, liberté de ton façon Jean-Louis Borloo, Édouard se joue d’un déguisement d’énarque le jour, d’allures de rocker désinhibé la nuit »…

>> A lire aussi: Qui est Edouard Philippe ?

« Bête de communication » sans « d’états d’âme »

Une personnalité avec un côté pile mais aussi face. S’il est qualifié de « bête de communication » et de « girouette attachante », l’homme peut offrir un visage beaucoup moins avenant : « une arrogance, un excès de confiance en soi, une ambition démesurée » pour « un audacieux dont les ambitions étranglent la témérité. » L’homme « sait » qu’il est « une pépite », et il « calcule tout ». Selon un collaborateur interrogé par Gaël Tchakaloff : « Edouard, il se voit déjà Premier ministre ». Dans un portrait chinois publié par Le Point en 2010, l’homme confie que s’il était un personnage de roman, ce serait « Cyrano de Bergerac, parce qu’il est le plus français des héros. Il a la manière, le courage, un amour du fond et de la forme. » Sans commentaire.

>> A lire aussi: Qui tient la corde pour devenir le Premier ministre d’Emmanuel Macron?

La transparence ? Pas son dada

Comme le rapporte Mediapart, la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a adressé un blâme à Edouard Philippe à propos de sa déclaration de patrimoine de 2014: il a systématiquement répondu « aucune idée » au sujet de l’évaluation de ses biens immobiliers. Quant à ses honoraires dans un cabinet d’avocat, il écrit : « je ne suis pas sûr de comprendre la question. Vous voulez connaître mon taux horaire au jour de l’élection ? ». Malgré une relance de la HATVP, Edouard Philippe aurait refusé d’estimer la valeur de ses propriétés. Vendredi, interrogé par le média, l’homme a insisté sur l’absence d’infraction de ses déclarations avant d’évoquer une « forme de mauvaise humeur » à propos de la transparence.

>> A lire aussi: Affaire Fillon: Les juppéistes Benoist Apparu, Edouard Philippe et Christophe Béchu quittent la campagne

Peur du dentiste, imitateur de VGE et boxeur du matin

A chacun ses phobies, et pour Edouard Philippe, ce sont les requins ou le dentiste. Toujours dans le portrait du Point en 2010, il confie : « J’ai des peurs absurdes. Je suis effrayé à l’idée d’aller chez le dentiste. J’ai peur des requins. Du coup, je ne suis pas à l’aise quand je nage dans la mer ». Pas de terreur cependant du côté des lettres. Avec son meilleur ami Gilles Boyer, avec qui il a étroitement travaillé dans l’équipe de campagne d’Alain Juppé, Edouard Philippe écrit un polar, Dans l’ombre. Le pitch ? une campagne présidentielle hystérisée par des morts suspectes et des rumeurs de fraude. Autre pépite : Edouard Philippe imite ses collègues politiques, et a livré sur Europe 1 une imitation plutôt réussie de l’ancien président Valéry Giscard d’Estaing, à revoir ci-dessous…

Et quand il ne tape pas sur ses adversaires politiques, il enfile des gants de boxe trois fois par semaine au petit matin, rapporte L’Opinion en août 2015. « Tous les sports permettent d’évacuer mais la boxe donne confiance en soi, en ses capacités physiques (…) Tu gères mieux l’agressivité, la tienne, et celle des gens en face de toi. Cela m’a probablement rendu plus calme », confiait-il alors.