Législatives: Ex-DRH, chantre du microcrédit, habituée des cabinets ministériels… Qui est Catherine Barbaroux, la présidente par intérim d’En Marche ! ?

POLITIQUE A 68 ans, Catherine Barbaroux a pris ce lundi la succession d’Emmanuel Macron à la tête du mouvement politique…

C.P. avec AFP

— 

Catherine Barbaroux, la nouvelle présidente par intérim de la «République en Marche», à Dijon, le 13 janvier 2017.

Catherine Barbaroux, la nouvelle présidente par intérim de la «République en Marche», à Dijon, le 13 janvier 2017. — JC TARDIVON/SIPA

En Marche ! se met en ordre de bataille pour les législatives. Et c’est donc elle, Catherine Barbaroux, qui sera aux avant-postes de ce nouveau combat électoral. Au lendemain de l’élection à la présidence de la République de son leader, le mouvement politique, lancé le 6 avril 2016 par Emmanuel Macron, a fait peau neuve ce lundi.

>> A lire aussi : Présidentielle: Macron peut-il obtenir une majorité absolue sans modifier son projet?

Nouveau nom, nouveau visage

Rebaptisé « La République en marche », le mouvement dispose désormais également d’une nouvelle présidente : Catherine Barbaroux. Jusque-là déléguée du mouvement En Marche!, elle a été nommée présidente par intérim en remplacement d’Emmanuel Macron à l’issue d’un conseil d’administration.

Agée de 68 ans, Catherine Barbaroux n’a jamais eu de mandat électif, mais affiche une longue carrière dans les cabinets ministériels : au ministère de l’Environnement puis au ministère du Commerce entre 1981 et 1986, puis comme déléguée générale à l’emploi et à la formation professionnelle au ministère du Travail de Martine Aubry, puis d’Elisabeth Guigou, de François Fillon et de Jean-Louis Borloo, entre 1997 et 2005.

Directrice des ressources humaines de Prisunic et du groupe Pinault-Printemps-Redoute dans les années 80 et 90, Catherine Barbaroux a également été présidente de l’Adie (Association pour le droit à l’initiative économique), pionnière dans le microcrédit, entre 2011 et 2016. En 2012, elle expliquait à 20 Minutes son engagement en faveur du développement de ce type de prêts qui « apparaît comme une possible voie de retour à l’emploi, quand les entreprises embauchent peu ou en emplois précaires ».

Congrès fondateur d’ici le 15 juillet

C’est une fidèle d’Emmanuel Macron : elle a rapidement intégré le premier cercle du nouveau président, qu’elle a rencontré en 2015 en lui remettant un rapport sur la levée des freins à l’entrepreneuriat individuel lorsqu’il était ministre de l’Economie.

En tant que présidente par intérim, elle aura notamment pour tâche de mener la transformation du mouvement qui doit « changer son assise » pour les législatives et jusqu’à son congrès fondateur prévu avant le 15 juillet prochain.