Débat présidentiel: La prestation de Marine Le Pen a déçu plusieurs sympathisants de l’extrême droite

GUEULE DE BOIS L’agressivité de la candidate FN et son manque d’argumentation sur son programme n’ont pas plu à une bonne partie de ses soutiens…

O. P.-V.

— 

Marine Le Pen en débat face à Emmanuel Macron le 3 mai 2017 à Paris.

Marine Le Pen en débat face à Emmanuel Macron le 3 mai 2017 à Paris. — STRINGER / AFP

  • Plusieurs intellectuels gravitant autour du parti frontiste ont déploré son manque de préparation et son agressivité.
  • Certains des piliers de la fachosphère ont repris ce type de critique.
  • Jean-Marie Le Pen a estimé qu'il y avait «match nul».

Lendemain de débat, et soupe à la grimace à l’extrême droite. Ils voteront Marine Le Pen par conviction, mais la prestation de la candidate du Front national face à Emmanuel Macron, mercredi soir, lors du débat d’entre-deux-tours de l’élection présidentielle, les a profondément déçus. « Ils », ce sont ces sympathisants de la cause frontiste critiques du passage de leur championne devant 16 millions de téléspectateurs.

Dans la lignée de l’éditorialiste Eric Zemmour, qui a qualifié ce jeudi sur RTL la cheffe du FN de « gouailleuse » représentant « l’insuffisance » et « l’incompétence », de nombreux proches des idées du parti d’extrême droite ont jugé Marine Le Pen trop agressive.

André Bercoff et Renaud Camus critiques de Marine Le Pen

Le Monde a publié il y a quelques semaines une série d’articles sur les « passeurs », ces personnalités qui ont participé à la « dédiabolisation » et/ou à l’essor du Front national. Parmi elles, André Bercoff, collaborateur à Valeurs Actuelles, Jacques Sapir, économiste venu de la gauche souverainiste, et Pierre Sautarel, animateur d’un pilier de la fachosphère, le site Fdesouche. Sur Twitter durant le débat, le premier a taxé Le Pen, dans un message de mauvais goût, d’« apprentie caillera », le deuxième a ironisé sur sa prestation « faiblarde », le troisième a jugé qu’« elle punchline trop ».

Sur Twitter toujours, l’écrivain d’extrême droite Renaud Camus, théoricien du « Grand remplacement » (repris au cours de la campagne par Nicolas Dupont-Aignan), a ironisé à sa manière sur le fait que « Le Pen a une des qualités du grand homme d’État, elle ne connaît rien aux dossiers » avant d’appeler à « essayer avec deux autres » candidats. Paul-Marie Coûteaux, l’auteur du discours de Fillon plagié par Le Pen, un temps proche du FN, a conversé avec Renaud Camus sur le réseau social, les deux hommes convenant d’un niveau très faible de la part des protagonistes, Marine Le Pen comprise.

Julien Rochedy, ancien directeur national du FNJ, d’abord enthousiaste lors des premières minutes, a fini la soirée en taclant la candidate du Front national.

Pour Jean-Marie Le Pen, elle « a peut-être manqué de hauteur »

Sur la « Taverne des patriotes », le tchat Discord des sympathisants frontistes, le verdict était similaire : « on est cuit », « elle a niqué le game à rigoler H24 » (sic), « c’est mort », « elle est nulle ».

Capture d'écran de la
Capture d'écran de la - Discord

Libération cite également, sous couvert d’anonymat, quelques cadres et élus du Front national jugeant la prestation de leur candidate. Même ton : « Nul », « mauvais, très mauvais », « incompréhensible ». Mais le coup de grâce est peut-être venu de la famille. Ce jeudi matin, sur RTL, Jean-Marie Le Pen a précisé qu’il n’avait bien sûr pas changé d’avis sur son vote (spoiler : il votera Le Pen), mais que « si j’étais l’arbitre, je dirai que c’était un match nul » et que Marine, sa fille, « a peut-être manqué de hauteur ».