VIDEO.Présidentielle: Toutes les fois où Dupont-Aignan taclait le Front national

PRESIDENTIELLE Au lendemain de l’annonce de son ralliement à Marine Le Pen, les critiques pleuvent à l’encontre de Nicolas Dupont-Aignan, accusé de manquer de « cohérence » politique…

H.S.

— 

Nicolas Dupont-Aignan, candidat Debout la France à la présidentielle, le 20 septembre 2016 à Paris

Nicolas Dupont-Aignan, candidat Debout la France à la présidentielle, le 20 septembre 2016 à Paris — IBO/SIPA

  • Nicolas Dupont-Aignan a récolté 4,7 % des voix au premier tour de l’élection présidentielle
  • Tout au long de la campagne, le député de l’Essonne a tenté d’insister sur les différences entre le programme de Le Pen et le sien

Un drôle de numéro d’équilibriste. En moins de quarante-huit heures, Nicolas Dupont-Aignan, crédité de 4,7 % des voix au premier tour de l’élection présidentielle, a effectué un sérieux virage politique. Le leader du mouvement souverainiste « Debout la France » a annoncé vendredi soir qu’il ralliait Marine Le Pen dans le cadre de la campagne du second tour.

>> A lire aussi : EN DIRECT. Présidentielle: Macron qualifie le soutien de Dupont-Aignan de «combine d'appareil»

Ce samedi, à l’occasion d’une conférence de presse commune, la candidate du Front national a présenté une feuille de route cosignée par Dupont-Aignan qu’elle souhaite nommer à Matignon en cas de victoire. La relation entre le FN et le député de l’Essonne n’a pourtant pas toujours été évidente. Malgré des convergences idéologiques, le maire de Yerres n’a eu de cesse, au cours des cinq dernières années, de revendiquer sa singularité et n’a pas hésité à taper sur sa nouvelle partenaire politique. Florilège.

  • 2011-2015 : Ses déclarations sur Twitter

Dès vendredi, et l’annonce de son ralliement, plusieurs internautes ont fait remonter d’anciens messages publiés par Dupont-Aignan sur son compte Twitter, dans lequel il faisait savoir tout le bien qu’il pensait du parti politique d’extrême droite.

 

  • 21 octobre 2013 : Au FN, « l’arrière-boutique est souvent glauque » - RMC

Invité le 21 octobre 2013 de l’émission Les Grandes Gueules diffusée sur RMC, le candidat de Debout la France réagissait aux propos d’une élue du Front national qui comparait l’ex-ministre de la Justice, Christiane Taubira, de « singe ». « Marine Le Pen a changé la vitrine de son parti, mais l’arrière-boutique est souvent glauque » déclarait-il, précisant qu’il « ne pourrait pas travailler avec un parti qui laisse Jean-Marie Le Pen président d’honneur ». Une condition qui, visiblement, ne lui pose plus problème.

 

  • 11 février 2014 : « Les gaullistes ne peuvent pas s’allier à un parti dont Jean-Marie Le Pen est toujours président d’honneur » - iTélé

Dans cette interview accordée à Bruce Toussaint sur la chaîne iTélé (devenue Cnews), Dupont-Aignan avançait une nouvelle fois la présence de Jean-Marie Le Pen dans le parti de sa fille comme obstacle à toute alliance avec le FN. « Ma ligne elle est très simple, je suis patriote et républicain. Je suis gaulliste. Et les gaullistes ne peuvent pas s’allier à un parti dont Jean-Marie Le Pen est président d’honneur. Ce n’est pas possible » expliquait-il avant de nuancer : « C’est au Front national de changer, Marine Le Pen doit choisir ».

 

  • 7 décembre 2014 : « Le Front National est très ambigu »

« Le Front national est très ambigu parce qu’il y a plusieurs Front national (…) y’a la vitrine et y’a l’arrière-boutique (…) est-ce que ces 55 % de Français veulent donner la France à ce front familial, au Front national ? Est-ce qu’ils veulent donner la France à une famille ? », s’interroger Dupont-Aignan le 7 décembre 2014 sur le plateau du « 12-13 Dimanche » sur France 3. Famille qu’il a désormais rejointe.

 

  • 3 novembre 2016 : « Le Front national est le meilleur allié du système » - RTL

Face à la journaliste de RTL, Élizabeth Martichoux, le leader de Debout la République qualifiait le FN de meilleur allié du système. Interrogé sur une éventuelle alliance avec Le Pen dans le cadre de la présidentielle, il répondait : « Ce parti antisystème qu’est le Front national est différent de moi, je suis gaulliste, je n’ai pas du tout la même histoire politique (…) Je pense que le Front national n’apporterait pas les bonnes solutions qui permettraient de sauver la France et j’ajoute d’ailleurs que le Front national est le meilleur allié du système ».

 

  • 13 janvier 2017 : « Je ne suis pas dans la famille Le Pen, je suis gaulliste, je n’ai rien à voir » - Europe 1

Au début de cette année, même refrain de la part du candidat. Hors de question de soutenir le Pen et d’abandonner sa candidature en solo. Sur Europe 1, Dupont-Aignan insistait sur sa vision « gaulliste » : « Je refuse toute alliance, je suis candidat et c’est la première fois qu’à la présidentielle il va y avoir un vrai programme structuré qui est patriote sans être Front national - d’ailleurs c’est le Front national qui me critique le plus ».

 

  • 18 février 2017 : « Un gaulliste républicain, ce n’est pas la même chose que le Front national, point » - France 2

Deux mois avant les résultats du premier tour, Nicolas Dupont-Aignan s’exprimait sur le plateau d’On n’est pas couché sur France 2. « J’ai un esprit de rassemblement qui est totalement différent. Je crois pas qu’elle [Marine Le Pen] ait la même équipe. Chez nous on cache personne. On est tous gaullistes républicains (…) Un gaulliste républicain, ce n’est pas la même chose que le Front national, point », insiste-t-il avant de vanter les vertues d’un « patriotisme apaisé ».

 

7 avril 2017 : « Le Front national est le meilleur ami du système » - 20 Minutes

C’était il y a 22 jours. Comme pour les autres candidats à l’élection présidentielle, 20 Minutes a interviewé Nicolas Dupont-Aignan avant le premier tour. Interrogé par notre journaliste sur une éventuelle « convergence entre des droites radicales, eurosceptiques », le maire de Yerres (Essonne) répondait clairement par la négative.

« Je pense que ma candidature, celle de Marine Le Pen et celle de Jean-Luc Mélenchon seront très largement majoritaires au soir du premier tour. Mais des trois candidats, j’ai le programme le plus sérieux. Mon programme économique est beaucoup plus crédible que celui du FN qui comporte des excès. Mon patriotisme est humaniste et de bon sens. (…) Est-ce que le Front national gagne au second tour ? Non. Il rassemble beaucoup de monde au premier tour, mais les Français hésitent à lui donner du pouvoir. C’est pourquoi le Front national est le meilleur ami du système. Il faut des patriotes réfléchis pour gagner ».