VIDEO. Des sifflets au dialogue, la journée compliquée de Macron sur le site de Whirlpool

SOCIAL « Il y a une responsabilité à prendre, c’est pour ça que je suis là », a déclaré Emmanuel Macron...

C. Ape. avec AFP

— 

Emmanuel Macron à Amiens le 26 avril 2017.

Emmanuel Macron à Amiens le 26 avril 2017. — AFP

  • Emmanuel Macron a été accueilli par des sifflets ce mercredi sur le site de Whirlpool
  • Plus tard, il s'est entretenu avec des salariés sans journalistes, mais en direct sur Facebook live

Premier déplacement houleux pour Emmanuel Macron, trois jours après le lancement de l’entre-deux-tours. Le candidat d’En Marche ! a eu droit ce mercredi à un accueil mouvementé, ponctué de sifflets et de « Marine présidente », sur le site Whirlpool d’Amiens, où s’était rendue Marine Le Pen dans la matinée, a constaté notre reporter sur place.

Le candidat d’En Marche !, qui a rencontré l’intersyndicale du site dans la matinée, a tenté d’aller à la rencontre de salariés mais a reçu un accueil agité, d’autant que la forêt de caméras empêchait un contact direct. Plusieurs militants FN étaient également présents, dont Eric Richermoz, secrétaire départemental du FN.

Visite surprise

« Bien sûr qu’il y a de la colère dans le pays, il y a de l’angoisse », a-t-il déclaré. « Il y a une responsabilité à prendre, c’est pour ça que je suis là », a-t-il ajouté, avant de s’entretenir avec des salariés à l’écart de la meute de journalistes.

« La fermeture des frontières, c’est une promesse mensongère », a-t-il lancé, promettant de « revenir pour rendre compte ». « Vous ne trouverez pas chez moi le comportement clientéliste de Marine Le Pen », a taclé le candidat d’En Marche.

Changement d’ambiance

Emmanuel Macron s’est ensuite entretenu avec des salariés à l’écart des caméras. Une entrevue retransmise en direct par Facebook live. Au fil des discussions concernant le PSE et la recherche d’un repreneur, le ton a changé. François Ruffin, fondateur de la revue Fakir et réalisateur de Merci patron !, candidat de gauche aux législatives dans la Somme, a salué « le courage » du candidat d’En Marche ! avant d’ajouter que l’ancien ministre de l’Economie payait son absence de solidarité avec les ouvriers.

Dans la matinée, son adversaire, Marine Le Pen, avait effectué une visite surprise sur ce site pendant qu’Emmanuel Macron s’entretenait avec les syndicats à quelques kilomètres de là.

Tout sourire, elle avait effectué des selfies avec des salariés. Selon plusieurs sources, des militants FN sont ensuite restés sur le site pour attendre l’arrivée de l’ancien ministre de l’Economie.