Présidentielle: Un SMS annonçant le retrait de Hamon au profit de Mélenchon sème la zizanie à gauche

PARTI SOCIALISTE Plusieurs députés socialistes frondeurs auraient reçu ce message. Le codirecteur de campagne de Hamon parle « d'intoxication »...

H. B.

— 

Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon lors d'une manifestation à Paris le 21 janvier 2010

Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon lors d'une manifestation à Paris le 21 janvier 2010 — CHAMUSSY/SIPA

C’est un message qui sème le trouble au sein du Parti socialiste. Un SMS évoquant ouvertement l’hypothèse d’un retrait de Benoît Hamon dans la course à la présidentielle aurait été envoyé à plusieurs députés socialistes frondeurs, révèle ce mardi le Figaro.

Dans ce texto, il serait notamment mentionné « un retrait » du candidat socialiste qualifié de « sacrifice de victoire » en faveur de la gauche, notamment de Jean-Luc Mélenchon. « Un retrait » qui ouvrirait la voie à des « négociations » pour les législatives, sinon « le groupe PS serait entre 20 et 60 députés et celui de toute la gauche entre 30 à 100 », explique l’auteur du message.

« Mais enfin, je vous le jure ! Je n’ai jamais envoyé un truc pareil »

Accusé d’être à l’origine de ce SMS, Mathieu Hanotin, le codirecteur de campagne de Benoît Hamon, nie en bloc. « Mais enfin, je vous le jure ! Je n’ai jamais envoyé un truc pareil et j’ai les moyens de vous le prouver. Ce n’est pas du tout notre état d’esprit ! » a-t-il déclaré au Figaro.

Sur Twitter, il a déclaré que ce message « n’avait jamais existé » et accusé « la presse de relayer cette intoxication ».

>> A lire aussi : Tweets, pétitions, sondages... Les partisans d'une alliance Hamon-Mélenchon investissent le Web

Au Figaro, le codirecteur de campagne aurait toutefois avancé une autre piste. « S’il vient de l’équipe Mélenchon, c’est de bonne guerre. Ils jouent l’intox et poussent l’avantage. » « Mais si cela vient de chez nous… »

Depuis la forte poussée dans les sondages du candidat de La France insoumise, l’idée d’un rapprochement avec Jean-Luc Mélenchon avant le premier tour semblerait alimenter certaines discussions au sein du PS.