Mon bulletin dans ton urne: Fillon «résiste», un débat qui fait flop? et offensive anti-Macron

PRESIDENTIELLE Chaque matin, « 20 Minutes » vous livre les trois informations marquantes de la campagne…

G. N.

— 

François Fillon, en meeting à Quimper, jeudi 30 mars.

François Fillon, en meeting à Quimper, jeudi 30 mars. — JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

A peine le temps d’avaler un café ? En sortant des brumes matinales, attrapez aussi notre récap’quotidien d’une campagne corsée et régulièrement relevée de polémiques.

La phrase du jour : « Mes amis, je résiste ! »

François Fillon a endossé ses habits de combattant ce jeudi à Quimper. « Mes amis, je résiste ! », a assuré l’ancien Premier ministre dans une salle comble qui a scandé « Fillon président ! » ou « Les Bretons avec Fillon ». Selon son entourage, quelque 3.500 personnes étaient réunies au Parc des expositions de Quimper.

>> A lire aussi : Un passage passé inaperçu de «Bienvenue Place Beauvau» n’arrange pas vraiment Fillon

« Je résiste et je m’oppose à ce pouvoir socialiste qui a tellement échoué, qui a perdu toutes les batailles, mais qui a décidé par tous les moyens d’organiser sa succession et d’empêcher l’alternance, cette alternance à laquelle aspire une France silencieuse et qui n’en peut plus », a dénoncé le candidat LR à la présidentielle, décidément très en verve.

La question du jour : Le débat de France 2 le 20 avril est-il (vraiment) trop risqué électoralement ?

Vers un flop ? France 2 a prévu d’organiser le 20 avril un débat avec les onze candidats à la présidentielle. Cette soirée politique semble menacée après la défection de plusieurs candidats : Jean-Luc Mélenchon (France insoumise) a annoncé la couleur mardi, suivi d’Emmanuel Macron (En Marche !). David Rachline, directeur de campagne de Marine Le Pen (FN) a pointé mercredi une supposée  « dérive » de France Télévisions qui remettrait en cause la participation de la candidate FN à ce débat. Ce jeudi, François Fillon (LR) a remis en question l’intérêt de ce débat si certains candidats manquent à l’appel. La situation intéresse même le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) qui se dit « préoccupé ». Alors pourquoi donc plusieurs candidats refusent-ils de participer à ce débat télé ? 20 Minutes vous explique tout ça par ici.

L’initiative du jour : La campagne anti-Macron du camp filloniste

A trois semaines du premier tour de la présidentielle, les Républicains ont décidé de passer à l’offensive. Le parti de François Fillon lance ce week-end une nouvelle campagne sur les réseaux sociaux visant un certain Emmanuel Macron, annonce ce vendredi Le Parisien.

« Ce week-end, les Républicains lancent une opération spéciale sur les réseaux sociaux, avec affiches et hashtags aux noms pour le moins évocateurs : #macrongirouette, #macronlhéritier ou #macronitude », écrit le journal. « La "macronitude", cela fait référence à la "bravitude" [de Ségolène Royal en 2007]. C’est pour montrer le problème de solidité du candidat. Les autres sont là pour illustrer ses revirements successifs et le fait qu’il est le faux nez de François Hollande », décrypte pour Le Parisien, un cadre du parti. Ce n’est pas forcément très original mais c’est peut-être efficace.

>> A lire aussi : Un visuel de Macron reprenant des stéréotypes antisémites publié par Les Républicains