François Fillon en meeting à Nîmes le 2 mars 2017.
François Fillon en meeting à Nîmes le 2 mars 2017. - Claude Paris/AP/SIPA

Faire des meetings, c’est se répéter, souvent. Mais là, on a comme l’impression que le disque de François Fillon est un peu rayé. En meeting à Pertuis dans le Vaucluse mercredi, au lendemain de sa mise en examen, le candidat Les Républicains à la présidentielle a lancé au public : « Je reviens de loin. Je suis comme ces combattants balafrés qui n’ont pas appris la vie dans les livres. » Ça vous dit quelque chose ? C’est normal, le député de Paris a déjà prononcé cette phrase, au mot près, dans deux précédents meetings, à Nîmes le 2 mars, et à Besançon le 9 mars.

En réalité, à Nîmes, le 2 mars, le candidat a conclu son discours d’une demi-heure par une tirade vantant son parcours et répondant aux critiques dont il a fait l’objet depuis les révélations du Canard enchaîné, dès le 25 janvier dernier.

Un passage qu’il a répété, presque à l’identique, à Besançon. Une stratégie de communication basée sur la répétition.

>> A lire aussi : Fillon se présente en «combattant balafré» repartant au combat

Mots-clés :