Présidentielle: Pourquoi Macron est-il allé se recueillir sur la tombe de Roger Hanin en Algérie?

POLITIQUE Le candidat à l’élection présidentielle a effectué en début de semaine une visite très médiatique en Algérie…

H. B.

— 

Emmanuel Macron s'est recueilli ce mardi sur la tombe de Roger Hanin en Algérie.

Emmanuel Macron s'est recueilli ce mardi sur la tombe de Roger Hanin en Algérie. — NEW PRESS

Un geste « symbolique ». C’est ainsi qu’Emmanuel Macron a qualifié l’hommage qu’il a rendu mardi à Alger à l’acteur Roger Hanin, inhumé au cimetière israélite Saint-Eugène. En visite en début de semaine en Algérie, le leader d’En marche ! a créé la surprise en allant déposer une couronne de fleurs sur la tombe du comédien français, décédé en février 2015.

« C’est une grande figure du cinéma et de l’audiovisuel français qui a décidé de venir ici se faire enterrer avec son père et de faire le chemin dans l’autre sens », a déclaré l’ancien ministre de l’Economie. Mais, derrière ce vibrant hommage, se cache en réalité une véritable stratégie de communication politique de l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron.

« La revendication d’une filiation à Mitterrand »

Devenu très populaire par son rôle de l’inspecteur Navarro, Roger Hanin était un intime du président socialiste François Mitterrand, dont il avait épousé la belle-sœur Christine Gouze-Renal. Et, ce n’est un secret pour personne, Emmanuel Macron a souvent cité François Mitterrand comme référence dans ses discours.

>> A lire aussi : L'acteur était le compagnon de route de Mitterrand

« En déposant une gerbe sur la stèle de Roger Hanin, Macron s’inscrit dans une revendication forte d’une certaine filiation à Mitterrand », reconnaît Alexandre Eyries, enseignant-chercheur à l’université de Bourgogne-Franche-Comté, spécialisé en communication politique. « Macron est jeune et brillant. Il n’a pas de scrupules à faire ce que d’autres ont également essayé de faire, sans succès… C’est-à-dire récupérer l’héritage de Mitterrand, l’image d’une gauche unie », ajoute le politologue.

>> A lire aussi : Comment Emmanuel Macron finance-t-il son ambitieuse campagne ?

La différence entre les autres et Emmanuel Macron, c’est « que lui est assez malin pour cultiver le story-telling. Il sait raconter des histoires pertinentes. Lui, le banquier d’affaires, s’inscrit ainsi dans l’héritage d’une gauche rassemblée, occultant tout le travail réalisé par  François Hollande », qui lui aussi s’était rendu à Alger en 2012, juste avant d’être élu président de la République.

Un intérêt « électoraliste »

D’une manière générale, cette visite en Algérie et l’hommage rendu à un pied-noir ne sont pas « anodins ». « L’intérêt électoraliste est évident », note l'universitaire. Le Maghreb est « très important dans la politique intérieure et extérieure de la France », a également déclaré sur RTL Pierre Vermeren, professeur d’histoire du Maghreb contemporain à l’université Paris-I.

Outre les 20 000 Français recensés au consulat de France à Alger, on compte en France plus d’1,5 million de binationaux franco-algériens. Sans compter la communauté pied-noir et les millions de Français qui sont liés, de près ou de loin, à l’histoire de l’Algérie, anciennement colonie française.