Régionales 2015: La future gare TGV de la Mogère à Montpellier divise la gauche... mais pas la droite

TRANSPORTS Prévu pour 2017, le projet est notamment au centre d’un désaccord entre Carole Delga (PS) et Gérard Onesta (EELV), alliés pour le 2e tour…

Nicolas Bonzom

— 

Les travaux ont déjà commencé à la gare de la Mogère...

Les travaux ont déjà commencé à la gare de la Mogère... — N. Bonzom / Maxele Presse

Annoncée à l’horizon 2017 près d’Odysseum à Montpellier, la future gare TGV de la Mogère, (très) loin de faire l’unanimité, s’invite dans la campagne des régionales…

>> Lire aussi : Notre article sur les arguments des opposants à la gare

D’un coût total de 142,7 millions d’euros (accords signés en avril 2012), le projet, porté par RFF (Réseau ferré de France, devenu SNCF Réseau), a obtenu un financement d’environ 32,2 millions d’euros, soit 23,9 % de l’enveloppe, de la région Languedoc-Roussillon.

Divergences PS-EELV

Gérard Onesta (EELV/FG) a été le plus virulent à son sujet lors de la campagne d’avant-premier tour, évoquant un projet « inutile et ruineux », et s’engageant à retirer ces subventions s’il est élu. Et maintenant ? L’Albigeois s’est allié à Carole Delga (PS), ouvertement favorable à la gare.

Interrogée ce jeudi, la candidate socialiste, favorite des sondages pour prendre la tête de la région et du même bord que la majorité sortante qui a soutenu le projet, convient qu’il existe certaines « divergences », entre elle et Gérard Onesta. Et notamment sur la Mogère.

« Des Etats généraux du rail »

Mais elle renvoie la confrontation PS/EELV aux « États généraux du rail », qu’elle convoquera si elle est élue : « Nous débattrons sereinement, chacun avec nos arguments ». « Le rail a toujours été un lieu de friction, on va en faire un lieu de réunification », souligne Gérard Onesta. Rien de concret, pour l’instant, donc…

Les choses sont en revanche un peu plus nettes du côté de Christian Dupraz (EELV), n°6 sur la liste héraultaise. « On n’a pas changé de point de vue, note-t-il. Nous demanderons une suspension immédiate du chantier [qui a déjà débuté], afin de débattre sereinement. »

Le FN et LR y sont favorables

Et à droite ? Le FN Louis Aliot promet, s'il est élu, de poursuivre le financement de la gare TGV. « Les engagements sont les engagements », souligne-t-il. Du côté de Dominique Reynié (LR), Marc Ivaldi (LR), n°7 en Haute-Garonne, souligne l’importance du projet.

« La gare permettrait d’accroître le nombre de dessertes et l’accessibilité, et permettrait une complémentarité avec la gare St-Roch. Et tous les éléments de réussite économique du quartier sont là. Je ne comprends pas réellement l’opposition de toutes ces associations… »

Les opposants de la gare mettent en avant son « inutilité » mais aussi le fait qu’elle soit, selon eux, construite en zone inondable. Les porteurs de projet promettent qu’elle est construite en toute sécurité.