Il fallait s’y attendre. En l’absence de la tête de liste socialiste, la campagne des régionales en Bretagne tourne beaucoup autour du cumul des fonctions de Jean-Yves Le Drian, très pris par ses fonctions de ministre de la Défense trois semaines après les attentats qui ont frappé Paris.

« Qu’il reste à Paris »

Mercredi soir, c’est l’ancien Premier ministre Alain Juppé qui s’en est pris au candidat socialiste. « M. Le Drian n’a pas voulu choisir et bien je souhaite que les électeurs bretons choisissent à sa place, qu’il reste à Paris, ici vous avez Marc Le Fur », a-t-il lancé. Plus de mille personnes sont venues l’écouter mercredi à Châteaulin à l’occasion d’un meeting de soutien à la tête de liste de la droite en Bretagne Marc Le Fur.

>> A lire aussi : Ce que les attentats ont changé pour les candidats en Bretagne

« Nous avons besoin à Paris d’un ministre de la Guerre à temps plein par les temps qui courent et vous avez besoin à Rennes d’un président de région à temps plein pour engager le redressement de votre région », a poursuivi Alain Juppé.

Le Fur annule son débat sur France 3

Jean-Yves Le Drian, tête de liste de la gauche dans la région, a récemment assuré qu’il « restera ministre tant que le président de la République le jugera nécessaire », n’excluant pas une période de cumul au cours de laquelle il « gérera avec les compétences de ses vice-présidents ». Pour protester contre l’absence de Jean-Yves Le Drian, Marc Le Fur a annulé mercredi sa venue sur le plateau de France 3 Bretagne, où il devait débattre avec les principaux candidats.