Les recruteurs draguent aussi sur Facebook

5 contributions
Publié le 15 juin 2012.

EMPLOI - Le réseau social est de plus en plus utilisé par les entreprises en quête de candidats et d’un coup de jeune...

On croyait Facebook et le boulot définitivement fâchés. La faute à des photos de soirées un peu trop alcoolisées ou à des commérages entre collègues tombés sur le mauvais «wall» au mauvais moment. Que neni!

Les 18-25 ans dans le collimateur

A côté de Linkedin ou de Viadeo labellisés «100% réseau pro», Facebook a su trouver sa place dans le cœur des recruteurs. Crédit Agricole S.A. vient ainsi de le choisir pour mener une vaste campagne de recrutement de 3.000 alternants.  Depuis le 27 avril sa page « SOS Apprentis » permet aux internautes de dialoguer avec les équipes de la banque et d’aller consulter les offres sur son site. «Aujourd’hui la part des réseaux sociaux dans les enjeux de recrutement se développe et notre travail consiste à choisir le réseau le plus adapté en fonction de la cible à toucher», explique Sophie Serratrice, responsable recrutement et marque employeur du groupe.

«Les alternants, dont l’âge oscille entre 18 et 25 ans, correspondent au cœur de cible de Facebook, et cette interface nous permet aussi une certaine interactivité ludique plus en phase avec la manière de communiquer des jeunes. En revanche, on utilisera davantage Linkedin pour recruter des profils plus expérimentés, pour des problématiques internationales ou pour toucher des diplômés de grandes écoles» poursuit-elle.

Des sites de recrutements embarqués dans Facebook

D’autres entreprises ont choisi de proposer leurs offres d’emploi directement sur leur page Facebook. Une fonctionnalité rendue possible grâce à la floraison de d’applications comme «Work For us», développée en 2010 par la start up californienne Work 4 Labs et choisie notamment par L’Oréal.

Depuis 2011, la solution 100% française «Oh my job» permet aussi d’enrichir une page Facebook d’un onglet «recrutement».  «Cela  permet d’allier le trafic et la forte viralité de Facebook et la confidentialité d’un site de recrutement avec des profils pro et perso totalement dissociés», explique Olivier Pujol, cofondateur de l’application.

Pour le recruteur l’avantage est double: obtenir un retour sur annonces important notamment auprès des jeunes et améliorer l’image de sa «marque employeur».

Une tendance de fond, du web au bricolage

«Pour une société moderne comme Meetic qui est pionnier dans le web, il était intéressant de suivre cette nouvelle tendance. Mais au-delà de l’image, Facebook est complémentaire des autres réseaux pour faire des tests et multiplier les canaux pour entrer en contact avec des candidats potentiels» confirme Amélie Denis, DRH de Meetic.

Au-delà du secteur high-tech, Oh my Job compte parmi ses clients  des poids lourds de l’industrie ou de la distribution comme Lafarge, Century 21, Picard Surgelés ou Mr Bricolage, qui vient de lancer son service d’annonces il y a deux semaines: «Après le lancement d’un compte de recrutement sur Viadeo, on a choisi de se lancer sur Facebook pour toucher un public plus large et plus jeunes. Et cette stratégie globale va être croissante», expliquent Sophie Gautier et Julie Favraud, responsable du recrutement et directrice du management RH chez Mr. Bricolage.

En 15 jours, 770 internautes ont déjà cliqué. «Les retombées sont énormes en terme quantitatif, il faut maintenant analyser les candidatures pour voir si elles sont qualitatives», expliquent-elles.

>> Avez-vous déjà été recruté sur Facebook? Utilisez-vous le réseau social pour postuler à des offres d'emploi? Racontez-nous dans les commentaires ou écrivez-nous à reporter-mobile@20minutes.fr

Claire Planchard
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr