• Les chiffres traités dans cette étude datent d’avant le Brexit.
  • Les Hauts-de-Seine et Paris représentent la moitié des emplois dépendant d’un groupe étranger en Ile-de-France.

Des chiffres pas encore dopés au Brexit. L’Ile-de-France compte sur son territoire 15.100 établissements étrangers, ceux-ci emploient 617.200 salariés, soit un salarié francilien sur six.

Cela fait de l’Ile-de-France la première région française d’implantation des groupes étrangers, révèle la dernière Note rapide sur les emplois franciliens liés aux groupes étrangers de l'Institut d'aménagement et d'urbanisme (IAU) d’Ile-de-France. Une note établie pour l’année 2013, soit avant le Brexit.

>> A lire aussi: L’opération de séduction pour attirer les déçus du Brexit est lancée

Car depuis la décision des Britanniques de quitter l’Union européenne, Paris et la région Ile-de-France tentent d’attirer les entreprises déçues du Brexit. Un guichet unique pour les entreprises étrangères qui veulent glaner des informations en vue de s’installer en région parisienne a notamment été créé dans le XIXe. En janvier, HSBC annonçait d'ailleurs le transfert de 1.000 emplois de Londres à Paris. En novembre, Paris obtenait l'arrivée de de l'Autorité bancaire européenne.

Le commerce de gros, premier employeur étranger d’Ile-de-France

Mais si l’on revient aux chiffres de 2013 traités par l’IAU, on note que les 15.100 établissements étrangers sont dans le secteur marchand (hors intérim et agriculture). « Les Etats-Unis sont de loin le principal employeur étranger de la région-capitale, avec 165.600 salariés, soit 27 % des effectifs dépendant de groupes étrangers », souligne la note. Allemagne et Angleterre représentent 80.000 emplois chacun.

La répartition par secteurs de ces emplois se distribue de la sorte : 132.000 emplois salariés dans le commerce de gros, l’industrie 82.000 emplois, les activités scientifiques et techniques 75.000 emplois, l’information et communication 71.000 emplois.

Deux départements profitent tout particulièrement de l’implantation de ces groupes étranges : Paris et les Hauts-de-Seine concentrent la moitié des emplois (137.300 et 186.000).