Chômage: Le nombre d'inscrits à Pôle emploi recule de 0,4% en novembre

SOCIAL Fin novembre, le nombre de demandeurs d’emploi sans aucune activité a baissé de 15.000 par rapport au mois d’octobre…

C.P.

— 

Une agence de pôle emploi à Paris.

Une agence de pôle emploi à Paris. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Les statistiques du chômage se suivent et ne se ressemblent pas ces derniers mois. Alors qu’une hausse record en octobre (la plus forte depuis 2013) avait succédé à une baisse record en septembre (la plus forte depuis novembre 2007 et le début de la crise financière), voilà que le nombre d’inscriptions à Pôle emploi repart à la baisse en novembre.

Disparités selon les âges

Selon les chiffres publiés ce jeudi par la Dares, le service statistique du ministère du Travail, fin novembre 2015, en France métropolitaine, le nombre de demandeurs d’emploi tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) s’établissait à 3 574 800. Il diminue de 0,4 % sur un mois (soit -15 000) et progresse sur un an de 2,5 %.

Au total, le nombre de demandeurs d’emploi en catégories A, B et C progresse de 0,1 % en novembre pour s’établir à 5 442 500, soit une hausse de 5,1 % sur un an. Cette apparente stabilisation cache toutefois d’importantes disparités selon les classes d’âge : « En novembre 2015, ce nombre diminue de 0,7 % pour les moins de 25 ans (-0,7 % sur un an), augmente de 0,1 % pour les 25-49 ans (+4,8 % sur un an) et s’accroît de 0,6 % pour les 50 ans ou plus (+9,7 % sur un an) » souligne la Dares dans son communiqué.

Forte volatilité

Cette volatilité chiffres mensuels du chômage s’explique notamment par le fait que les créations d’emploi sont pour beaucoup des contrats courts (CDD, intérim), au terme desquels des personnes inscrites en catégorie B et C (activité réduite) retournent en catégorie A.

La légère embellie de novembre ne suffira pas toutefois à atténuer le bilan une année 2015 noire sur le front de l’emploi : selon l’Insee, le taux de chômage, mesuré selon les critères du Bureau international du travail (BIT), a atteint un sommet au troisième trimestre, à 10,2 % de la population active en métropole, du jamais-vu depuis 1997.

>> A lire aussi : Les attentats de Paris risquent de porter un coup à la reprise de croissance

Du côté du gouvernement, on veut toutefois être optimiste : « Au-delà des variations mensuelles, la tendance se confirme : le nombre de demandeurs d’emploi se stabilise sur les trois derniers mois (+0,1 % entre fin août et fin novembre). De même, les déclarations d’embauche progressent, en phase avec la reprise de notre économie qui se confirme en dépit de l’impact sur l’activité des attentats du 13 novembre », explique la ministre du Travail Myriam El Khomri dans un communiqué, avant de rappeler qu’elle « remettra dans les prochains jours au Président de la République et au Premier ministre » « des propositions pour l’emploi ».