De Paris à Tokyo, l'Italie fait chuter les Bourses mondiales

22 contributions
Publié le 26 février 2013.

MARCHES FINANCIERS - Après les asiatiques, les Bourses européennes plongeaient mardi à l'ouverture, inquiètes d'une paralysie politique en Italie, troisième économie de la zone euro, au lendemain des élections générales très serrées...

L'talie va-t-elle faire replonger la zone euro dans la crise. C'est que craignaient mardi matin les investisseurs, au lendemain d'une élection qui n'a pas donné au pays de majorité claire au Parlement.

Dès l'ouverture, les places financières européennes s'enfonçaient dans le rouge. Vers 9h15, la Bourse de Paris chutait de 3,24%, Londres 1,40%, Francfort de 2,00% et Madrid 3,78%. Sans surprise, c'est Milan qui dévissait le plus, cédant 5% au bout d'un quart d'heure d'échanges.

Les investisseurs redoutent une instabilité gouvernementale dans le pays qui traverse une récession et affiche une dette de plus de 120% du PIB.. La troisième économie de la zone euro se retrouve en effet dans une impasse à l'issue des élections législatives de dimanche et lundi.

La coalition de la gauche italienne menée par Pier Luigi Bersani a certes obtenu une majorité de sièges à la Chambre des députés. Mais, au Sénat, la droite disposerait de plus de sièges. Aucune majorité claire ne se dégage, même en cas d'une hypothétique alliance entre la gauche et le centre emmené par le chef du gouvernement sortant et ex Commissaire européen Mario Monti.

Les réformes compromises

«S'il se confirme que l'Italie est en situation de blocage politique, les mouvements de vente pourraient s'intensifier sur le marché et la zone euro pourrait peut-être replonger dans une période d'instabilité», a prévenu Ben May, analyste chez Capital Economics à Tokyo.

Pour Chris Weston chez IG, «Ce scrutin est surtout un revers cinglant pour les politiques d'austérité menées dans certains pays européens» et pourrait les remettre en cause.

«Plus qu'un risque "Berlusconi", ces résultats des élections italiennes donnent l'image d'un pays ingouvernable, sans majorité stable. Les futures réformes sont clairement compromises», résumait Christian Parisot, économiste chez Aurel BGC.

Quinze mois après la chute de Silvio Berlusconi sous la pression des marchés financiers, l'Italie, qui avait réussi à sortir du gouffre financier, est de nouveau dans le viseur des marchés financiers.

Le taux d'emprunt espagnol sous pression

L'Asie a donné le ton mardi, avec de fortes baisses sur quasiment toutes les places financières régionales. Tokyo a chuté de 2,26%, Hong Kong a perdu 1,32% et Shanghai, d'ordinaire indifférente aux événements extérieurs à l'Asie, a reculé de 1,40%.

A Wall Street, l'indice vedette de la Bourse de New York, le Dow Jones avait perdu lundi 1,54%, tandis que le Nasdaq, qui regroupe les valeurs technologiques, avait lâché 1,44%.

L'euro reculait encore un peu mardi matin, au lendemain d'une chute, les investisseurs se repliant vers des devises comme le yen et le dollar considérées comme des valeurs refuge en période d'incertitude. La monnaie unique s'échangeait aux alentours de 1,3058 dollar contre 1,3065 la veille.

Sur le marché de la dette, les taux d'emprunt italiens et espagnols augmentaient fortement. Le taux italien à 10 ans était au plus haut depuis novembre 2012, à 4,931%, tandis que l'espagnol grimpait à 5,594%, son plus haut niveau depuis décembre.

© 2013 AFP
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr