Champagne pour le CAC 40!

30 contributions
Publié le 31 décembre 2012.

FINANCE – La Bourse de Paris finit 2012 sur un bond de 15,23%...

Une première depuis deux ans. La Bourse de Paris a fini l’année dans le vert avec un bond total de 15,23% sur les douze derniers mois. Pour terminer en beauté, l’indice phare s’est offert lundi une ultime hausse de 0,58% à 3.641,07 points. De quoi rattraper en bonne partie la chute du CAC 40 entamée en 2009 (-20%). Et redonner le sourire aux particuliers malmenés depuis la crise de 2008. Aujourd'hui, seuls quatre millions de Français détiennent des actions en direct, contre sept millions en 2002.

La crise de la dette souveraine a rythmé 2012

Mais comme en 2011, la crise de la dette souveraine d'une zone euro retombée en récession a été le menu quotidien des marchés cette année. L'indice a fluctué entre un plus bas à 2.922,26 points le 1er juin et un plus haut à 3.684,16 points le 27 décembre. Les investisseurs peuvent remercier Mario Draghi, président de la BCE depuis l'automne 2011 qui, face aux craintes de contagion de la crise grecque à l’Italie et l’Espagne, a sifflé la fin de la partie, le 26 juillet, pour ceux qui jouaient un éclatement de la zone euro. «La BCE est prête à faire tout ce qu'il faudra pour préserver l'euro», a-t-il dit. En acceptant d’aider les pays difficultés de façon illimitée, la pression a descendu d’un cran. L'effet a été immédiat: les cours des emprunts d'Etat italiens et espagnols dont les rendements à dix ans sont tombés de 7,31% et 6,73% respectivement à 4,53% et 5,31% aujourd'hui.

Les valeurs cycliques, corrélées à l'activité économique, et les bancaires, après un deuxième trimestre difficile, auront été les grandes gagnantes du CAC 40 en 2012, la première place revenant à Gemalto (+80,95%), un nouveau venu dans l'indice, suivi par Lafarge (+77,58%), Solvay (+71,77%) et Société générale (+64,72%). France Télécom, qui a perdu son statut de valeur de rendement après la décision du groupe d'abaisser son dividende, a accusé la plus forte baisse annuelle du CAC 40 (-31,28%). GDF Suez a perdu 26,25% et EDF 25,64%, les services aux collectivités n'ayant pas retrouvé grâce auprès des investisseurs après avoir été malmenés en 2011.

Optimisme prudent pour 2013

Les professionnels de marché abordent 2013 avec un optimisme prudent et un consensus s'est formé sur un scénario d'économie mondiale favorable aux actions. Toutefois, les craintes entourant la crise budgétaire américaine risquent de peser sur le début d'année. En l'absence d'un agenda macroéconomique et des entreprises en Europe rempli, le fiscal cliff va dominer, estime Ishaq Siddiqi, stratégiste chez ETX Capital. Les problèmes budgétaires toujours non résolus aux Etats-Unis combinés aux incertitudes politiques en Italie à un mois des élections aidant, les acteurs de marché s'attendent maintenant à un premier trimestre difficile

«Malgré un environnement économique morose en Europe, les actions européennes pourraient afficher une performance honorable en 2013. L’indice CAC 40 devrait être au-dessus de 4.000, à horizon 12 mois. Le principal risque serait que la conjoncture européenne s’avère plus dégradée que prévu, avec les resserrages budgétaires en cours», estiment les économistes d’Aurel BGC.

M.B. avec Reuters
Mots-clés
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr