Diesel: Un rapport met en cause la propreté de la Citroën Cactus

AUTOMOBILE Les tests réalisés par un laboratoire scientifique auraient montré des anomalies sur le moteur de la voiture française...

20 Minutes avec AFP

— 

La Citroën C4 Cactus dévoilée au Bourget, le 5 février 2014.

La Citroën C4 Cactus dévoilée au Bourget, le 5 février 2014. — PIERRE ANDRIEU / AFP

Une étude européenne met en cause l’efficacité du système de dépollution de la Citroën C4 Cactus diesel, affirme Le Parisien/Aujourd’hui en France de mardi. Cette étude, que le quotidien affirme avoir consultée, a été réalisée par un laboratoire scientifique rattaché à la Commission européenne, le Joint Research Center (JRC).

>> A lire aussi : Volkswagen admet sa culpabilité et passe à la caisse

Le JRC a testé plusieurs voitures l’été dernier afin de mettre au point un dispositif capable de détecter la présence éventuelle d’un logiciel caché faussant les émissions polluantes des moteurs diesel, comme cela a été révélé en septembre 2015 dans le cadre du « dieselgate » impliquant le constructeur allemand Volkswagen.

Les moteurs « polluent cinq à dix fois plus que prévu »

Selon Le Parisien, ces tests ont révélé des anomalies sur le moteur de la Cactus diesel Blue HDI 100 produite par le constructeur français PSA. Le député européen écologiste Yannick Jadot, candidat à la présidentielle française sous la bannière Europe Ecologie-Les Verts, a été destinataire du rapport.

Il explique au Parisien que ce test, qui porte également sur l’Audi A3, « montre qu’en situation réelle, quand il fait froid ou très chaud, ces moteurs polluent cinq à dix fois plus que prévu. Les systèmes de dépollution s’arrêtent ». Interrogé par Le Parisien, le groupe PSA assure cependant qu'« il n’y a pas dans (ses) véhicules de logiciels permettant de modifier les résultats d’un test ».

Des enquêtes pourraient viser d’autres constructeurs automobiles

Le « dieselgate » a éclaté en septembre 2015, lorsque Volkswagen a reconnu avoir équipé onze millions de ses véhicules diesel à travers le monde d’un logiciel destiné à tromper les contrôles anti-pollution. La justice française a ouvert deux informations judiciaires, l’une en février 2016 concernant Volkswagen et une autre le 12 janvier dernier visant le Français Renault.

Selon la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal, des enquêtes sur des émissions polluantes trop élevées pourraient être ouvertes par la justice à l’encontre d’autres constructeurs automobiles que Renault.