Arnault dément son exil fiscal en Belgique, mais a demandé la double nationalité

87 contributions
Publié le 8 septembre 2012.

NATIONALITÉ - Il confirme dans un communiqué avoir «sollicité la double nationalité franco-belge» pour développer ses investissements dans le pays...

Bernard Arnault, le patron de l'empire du luxe LVMH, a démenti samedi vouloir s'exiler fiscalement en Belgique, tout en confirmant dans un communiqué avoir "sollicité la double nationalité franco-belge" pour développer ses investissements dans le pays.

«Contrairement aux informations publiées ce jour, Bernard Arnault précise qu'il est et reste résident fiscal français», indique le texte diffusé par la communication du milliardaire après la révélation par le quotidien La Libre Belgique d'une démarche de naturalisation entamée à Bruxelles.

Arnault a de nombreux liens avec la Belgique

«L'obtention éventuelle de la double nationalité franco-belge ne change rien à cette situation, ni à sa détermination de poursuivre le développement du groupe LVMH et les créations d'emplois qui en sont la conséquence en France», souligne le communiqué.

«Le groupe LVMH embauche, chaque année, plusieurs milliers de personnes en France et ce depuis plus de 20 ans», rappelle-t-il en faisant valoir que le numéro un mondial du luxe «contribue massivement aux exportations françaises».

«Arnault, originaire du nord de la France, a de nombreux liens avec la Belgique tant sur le plan personnel et familial que sur le plan professionnel. Son groupe privé (Groupe Arnault) a de nombreux investissements en Belgique, et entend les développer. C'est dans cette perspective que Monsieur Bernard Arnault a sollicité la double nationalité franco-belge», conclut-il.

La réaction du milliardaire fait suite à la révélation samedi par La Libre Belgique d'une demande de naturalisation déposée la semaine dernière auprès de la commission compétente de la Chambre des représentants, une des deux chambres du Parlement belge.

La nouvelle a immédiatement alimenté les spéculations sur un lien avec les projets fiscaux du gouvernement français, au moment où le président François Hollande a réaffirmé son intention de taxer à 75% les plus hauts revenus, une promesse phare de sa campagne électorale pour accéder à l'Elysée.

© 2012 AFP
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr