Agriculture: La France se penche sur la réforme de la PAC

4 contributions
Publié le 7 septembre 2012.

EUROPE - Ce vendredi matin, le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a lancé la consultation sur la réforme de la PAC, la politique agricole commune, dont le prochain modèle reste à inventer pour la période 2014-2020...

Une nouvelle concertation a été lancée ce vendredi matin. Cette fois-ci au sujet de l’agriculture, et plus précisément de la PAC, la Politique agricole commune, dont le prochain modèle reste à inventer pour la période 2014-2020.

Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, a donc convié ce vendredi à Paris les représentants français du monde agricole. Objectif de cette première réunion: que chacun échange sur les priorités de cette réforme à venir… capitale pour la France. Explications.

La PAC, c’est quoi?

Lancée en 1962, la PAC est une politique mise en place à l’échelle de l’Union européenne. A l’origine, elle consistait surtout en des mesures de contrôle des prix et d’attribution de subventions dans le but de moderniser et de développer l’agriculture. Avec succès, puisque la PAC a permis à l’Europe d’assurer son autosuffisance alimentaire et de devenir le deuxième exportateur mondial, derrière les Etats-Unis.

Comment évolue la PAC?

Depuis le début des années 1990, la PAC connaît un processus de réforme continu. Une évolution majeure est notamment survenue en 2003. Depuis cette date, les aides ne sont plus liées à la production, mais sont proportionnelles aux surfaces d’exploitation. Les agriculteurs touchent donc un «paiement unique» par hectare, à condition de respecter certaines normes en matière d’environnement et de sécurité alimentaire. En 2004, la PAC a également dû gérer l'élargissement de l’Union européenne, ce qui n’a pas été une mince affaire, puisque cet élargissement a entraîné le doublement de la surface agricole et une hausse de 70% du nombre d'agriculteurs…

Quel est l’enjeu de la prochaine réforme?

L’Europe doit fixer le dispositif de la PAC pour la période 2014-2019. Les discussions sont engagées depuis 2011, notamment pour définir ce prochain budget. Rappelons que la PAC représente pour l’heure 40% du budget européen. Mais depuis 2003, le montant de ce budget est stable car il n’est pas indexé sur l'inflation. Autrement dit, il est donc en baisse par rapport au budget total de l'Union européenne.

Au-delà du montant du budget, l’Europe doit également déterminer de quelle manière les aides seront redistribuées aux agriculteurs, c’est-à-dire selon quels critères (environnement, social, sécurité alimentaire, bien-être des animaux, etc.).

Et la France dans tout ça?

Première puissance agricole de l'Union européenne, la France est l’un des principaux contributeurs de la PAC, mais elle est surtout le pays qui reçoit le plus d’argent. En 2011, le chiffre d'affaires de l'agriculture française était de 71,4 milliards d'euros, dont 9,7 milliards de subventions. Pour les professionnels, la future réforme de la PAC est une vraie bataille qui s’engage: chaque catégorie (éleveur, céréalier, producteurs bio, etc.) cherchant à défendre ses intérêts et à ainsi obtenir le plus d’aides directes.  

Céline Boff
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr