Zone euro: Les taux d'emprunt de l'Espagne et l'Italie baissent

0 contributions
Publié le 7 septembre 2012.

CRISE - Le taux d'emprunt à 10 ans de l'Espagne est passé sous le seuil des 6%...

Le taux d'emprunt à 10 ans de l'Espagne est passé sous le seuil des 6% vendredi matin sur le marché obligataire, pour la première fois depuis fin mai, continuant à profiter des mesures dévoilées la veille par la Banque centrale européenne (BCE) destinées à aider la zone euro.

Vers 10H30 (08H30 GMT), le taux, qui évolue en sens inverse du prix, tombait à 5,749% (contre 6,030% jeudi à la clôture), sur le marché secondaire, où s'échange la dette déjà émise. Il était monté à plus de 7,75%, le 27 juillet.

De même, le taux de l'Italie bénéficiait d'une forte détente, à 5,198% (contre 5,261%). Ce rendement s'était envolé à plus de 6,70%, le 27 juillet également.

Ces pays profitent depuis jeudi après-midi de l'annonce par la BCE d'un plan de rachat illimité de dette publique, concentré sur les titres de maturité allant de 1 à 3 ans, en renonçant à son statut de créancier privilégié.

"Ces mesures concernent les dettes à court et moyen terme, mais il est logique que cela bénéficie à l'ensemble des taux d'emprunts", relève René Defossez, stratégiste obligataire chez Natixis.

"Le dispositif est en effet complet. Les fonds de secours européens peuvent agir sur le marché obligataire primaire et donc acheter directement la dette des Etats et la BCE peut agir sur le marché secondaire" où s'échangent les titres déjà émis par un pays, explique-t-il.

L'autre bonne nouvelle, selon l'analyste, est que l'institut monétaire n'a pas signé un chèque en blanc qui aurait pu attiser les réticences des investisseurs à racheter de la dette des pays de la zone euro jugés les plus fragiles.

La BCE interviendra seulement si un pays a d'abord fait appel au fonds de secours européen (FESF puis MES). Elle suspendra son programme, si comme cela a été le cas dans le passé, un pays cesse de respecter ses engagements.

Au final, souligne M. Defossez, "il devient très risqué de jouer contre la dette espagnole ou italienne notamment. Si les rendements des obligations grimpent, le couple MES/BCE va sortir son bazooka et faire nettement baisser les taux, ce qui fera perdre beaucoup d'argent à ces investisseurs".

Avec AFP
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr