En 2011, trois recrutements sur quatre effectués en CDD

2 contributions
Publié le 5 septembre 2012.

TRAVAIL - Les embauches en CDD sont particulièrement fréquentes dans le tertiaire...

Les trois quarts des recrutements effectués en 2011 l'ont été en contrat à durée déterminée (CDD), selon une étude du ministère du Travail publiée ce mercredi. C'est dans les établissements de 50 salariés ou plus que le recours au CDD est le plus fréquent (80,8%), tandis qu'il est un peu plus faible dans ceux de 1 à 9 salariés (72,2%).

Les embauches en CDD sont particulièrement fréquentes dans le tertiaire (78,9%), qui arrive en tête devant l'industrie (63,7%) et la construction (53,3%). Cette enquête de la Dares (direction des études du ministère), qui se penche sur les «mouvements de main-d'oeuvre» au sein des établissements d'un salarié ou plus, souligne également que les trois quarts des CDD d'au moins un mois achevés en 2011 ont duré six mois ou moins.

Mouvements suivant les régions

En termes de sortie de l'emploi, les fins de CDD constituent le principal motif (sept sur dix), loin devant les démissions et les licenciements. A noter que trois licenciements sur quatre sont des licenciements pour des motifs autres qu'économiques. Le taux de rotation moyen de la main-d'oeuvre (ou «turn-over», qui constitue une moyenne des taux d'entrées et de sorties dans les établissements) est de 51,7%, tiré à la hausse par le tertiaire (64%).

Dans certains secteurs, mesurés à un niveau fin, des taux très élevés sont observés. C'est notamment le cas dans les arts et spectacles, dans l'édition et l'audiovisuel, ou encore dans l'hôtellerie et la restauration. A contrario, dans le secteur des activités informatiques, les mouvements de main-d'oeuvre sont bien moins nombreux: le recrutement en CDI y est la norme, avec trois embauches sur quatre.

CDD de six mois ou moins

Le taux de rotation est globalement plus élevé dans les entreprises de 1 à 9 salariés. Si on considère le profil des travailleurs, les mouvements de main-d'oeuvre concernent davantage les jeunes, mais aussi les femmes et les ouvriers non qualifiés et employés.

En termes géographiques, les taux de rotation les plus importants sont observés en Provence-Alpes-Côte d'Azur, en Bretagne et dans le Limousin. Champagne-Ardenne, la Lorraine et l'Alsace connaissent en revanche un «turn-over» plus faible.

A.-L. B. avec AFP
Mots-clés
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr