Le président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip), Jean-Louis Schilansky, a déclaré dimanche sur RTL que les pétroliers étaient "prêts à accompagner l'effort du gouvernement", qui souhaite baisser les prix des carburants, "de façon à ce que cette baisse ou atténuation soit sensible pour l'automobiliste".
Le président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip), Jean-Louis Schilansky, a déclaré dimanche sur RTL que les pétroliers étaient "prêts à accompagner l'effort du gouvernement", qui souhaite baisser les prix des carburants, "de façon à ce que cette baisse ou atténuation soit sensible pour l'automobiliste". - Olivier Morin afp.com

© 2012 AFP

Le président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip), Jean-Louis Schilansky, s'est dit ce dimanche «prêt à accompagner l'effort du gouvernement», qui souhaite baisser les prix des carburants, «de façon à ce que cette baisse ou atténuation soit sensible pour l'automobiliste».

Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici, qui doit recevoir lundi et mardi les industriels du secteur et la grande distribution, a assuré que les prix des carburants allaient baisser la semaine prochaine, sans même attendre les entretiens prévus.

«Pas de miracle»

«La flexibilité au niveau de la distribution est très, très faible. Après avoir payé 8 ou 9 centimes de frais pour distribuer les produits pétroliers, il reste aux distributeurs de l'ordre de 1 centime d'euro du litre», a toutefois précisé Jean-Louis Schilansky, interrogé par RTL. «Il n'y a pas de miracle», a-t-il ajouté.

Mercredi dernier, en dévoilant les grandes lignes de son plan contre la flambée des prix à la pompe, Jean-Marc Ayrault avait évoqué une diminution «modeste» et «provisoire» de taxe et appelé les autres parties prenantes, les pétroliers et les distributeurs, à fournir «leur propre part d'effort».