Achat immobilier: «La situation est loin d'être idyllique»

0 contributions
Publié le 23 août 2012.

INTERVIEW - Les taux de crédits immobiliers ne cessent de baisser depuis janvier mais est-ce pour autant le moment d'acheter? L'éclairage de Thierry Saniez, délégué général de l'association de consommateurs CLCV...

Alors que le taux de crédit immobilier a enregistré en ce mois d’août un bas historique, Thierry Saniez, délégué général de l'association de consommateurs CLCV (Consommation, logement et cadre de vie), répond aux questions de 20Minutes.

Les taux de crédits immobiliers sont au plus bas. Est-ce le moment d’acheter?

Ces taux sont effectivement bas, mais les prix de l’immobilier sont au plus haut. Ils sont à des niveaux tels qu’ils désolvabilisent de fait une grande partie de la population. Par ailleurs, les banques sont de plus en plus prudentes dans l’octroi de leurs crédits. Résultat: les taux de crédits sont bas, mais ils profitent à une petite partie seulement des particuliers. La situation est loin d’être idyllique.

Est-il opportun d’acheter dès à présent, ou faut-il attendre une possible baisse des prix de l’immobilier?

S’il s’agit d’une première acquisition, si le bien correspond à ce que l’on souhaite et s’il est vendu au prix du marché, le particulier peut se lancer. Mais attention. Il faut vraiment veiller à la qualité du bien et prendre en considération des critères objectifs –ascenseur, proximité et diversité de l’offre de transports et de services... Si le bien comporte de nombreux défauts et si le marché se casse la figure, la décote sera considérable. Lorsque l’on achète un bien immobilier, il est primordial de toujours se projeter dans la revente. Concernant les investissements, attendre trois à six mois pour connaître les mesures qui vont être décidées me semble plus que raisonnable.

Outre le taux du crédit, le prix et la qualité du bien, quels sont les autres critères à prendre en compte?

La durée du prêt. Qu’elle excède vingt ans nous semble très dangereux. Dans ce cas-là, il faut vraiment négocier avec sa banque tous les autres termes du contrat. Il faut également évaluer tous les coûts périphériques à une acquisition: les charges, le prix du déménagement, les frais de transport... Il faut les quantifier et penser à intégrer ces sommes dans ses mensualités. D’autant plus à l’heure du carburant cher…

Croyez-vous à une baisse prochaine des prix de l’immobilier?

Il n’existe pas un, mais plusieurs marchés immobiliers. Dans des villes très tendues comme Paris et Nice, nous arriverons peut-être à un plafonnement des prix, mais pas à une baisse. Ailleurs, il peut y avoir des effondrements, mais pas de manière uniforme. Et ce, même au sein d’une ville, où un quartier peut perdre 2%, quand un autre plonge à -20%. D’où l’importance de veiller à la qualité du bien acheté.

Propos recueillis par Céline Boff
publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr