Bourgogne: Un Chinois s'offre un domaine viticole

49 contributions
Publié le 23 août 2012.

INVESTISSEMENT – Un investisseur chinois a acquis en Bourgogne un château et son domaine viticole pour 8 millions d'euros, dont il va confier l'exploitation à un viticulteur français...

Les vignerons bourguignons n’ont pas pu lutter. Le château de Gevrey-Chambertin et son domaine viticole de deux hectares appartiennent désormais à un investisseur chinois. L’homme n’a pas hésité à débourser 8 millions d’euros pour l’acquérir. Une offre bien supérieure aux 5 millions que l’association de viticulteurs locaux était prête à mettre sur la table. Ces professionnels s’étaient largement mobilisés pour conserver ce domaine qui produit 10.000 à 12.000 bouteilles par an.

 «Notre patrimoine fout le camp»

Les viticulteurs perdants sont bien amers: «Notre patrimoine fout le camp», ont-ils notamment déclarés à l’AFP. Selon des professionnels, la transaction n’aurait pas dû excéder les 4 millions d’euros. La vente a été signée au printemps dernier. L'acquéreur, dont le nom n'a pas été dévoilé, serait propriétaire de salles de jeux à Macao. Le château de Gevrey-Chambertin, qui date du XIIe siècle, est le plus vieux château de cette commune de Côte-d'Or.

La société d'aménagement foncier et d'établissement rural (Safer) de Côte-d'Or, systématiquement informée des ventes et qui dispose d'un droit de préemption, n'avait pas réussi à contrer cette vente. Elle n’a pas pu la préempter, car le bien était géré en indivision: «En général 95% des transactions se font à l'amiable sauf que la loi ne nous autorise pas à préempter sur des parts de société», ce qui était le cas pour le fameux château, a regretté Daniel Caron, directeur départemental de la Safer Bourgogne/Franche-Comté.

L'exploitation confiée à un Français

Reste que l'exploitation des vignes a été confiée par son nouveau propriétaire au Domaine Rousseau, et «n'échappera donc pas à un viticulteur de la commune», s'est réjoui le maire PS, Jean-Claude Robert. «Comme tout le monde, j'aurais peut-être préféré que ce soit (un rachat) franco-français», a déclaré le maire auprès de l'AFP. Mais l'investisseur chinois «est un amoureux de la Bourgogne et de Gevrey» qui va «mettre beaucoup d'argent pour la restauration du château».

En France, les transactions de domaines viticoles se multiplient: les surfaces cédées ont doublé en vingt ans et le prix moyen par hectare a été multiplié par trois, selon une étude de Vinéa. Si les Français restent les principaux investisseurs (60% des acquisitions), les Chinois achètent de plus en plus de terrains dans le vignoble français, surtout dans le domaine bordelais.

C.B.
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr