Le camping suscite la convoitise des gros investisseurs

6 contributions
Publié le 13 août 2012.

TOURISME - L'établissement familial fait progressivement place à des chaînes...

Le camping aiguise les appétits. Et pour cause. Les 8.634 établissements recensés en 2011 ont généré deux milliards d’euros de chiffre d’affaires pour 107 millions de nuités, un record, contre un milliard de revenus en 2010. Le camping reste année après année la forme d’hébergement touristiques la plus prisée.

Le haut de gamme attire

Entre 20,95 euros la nuit en haute saison pour un emplacement nu pour deux personnes avec l’électricité ou 668 euros pour une semaine pour cinq à six personnes en hébergement locatif, en cette période de crise, il y en a encore pour toutes les bourses. Ce dernier segment enregistre une hausse des demandes de 10,2% depuis un an contre une baisse de 2,2% pour le premier.

«Si la vocation populaire du camping demeure forte, permettant au plus grand nombre d’avoir accès à des vacances de qualité, quel que soit son budget ou son statut social, ses adeptes sont de plus en plus nombreux et proviennent d’horizons toujours plus variés», relève Guylhem Féraud, président de la Fédération nationale de l’hôtellerie de plein air (FNHPA).

Et la profession met le paquet. L’an dernier, elle a investi 450 millions d’euros. Aujourd’hui 42% des campings ont une piscine, dont 4% couverte, 29% ont une zone wifi, 23% ont un court de tennis, 36% proposent des services de restauration, 43% disposent d’un bar et 41,5% offrent les services de ravitaillement.

L’industrie du camping n’est plus l’apanage seulement des vacanciers au budget serré, mais s’ouvre de plus en plus à une clientèle plus haut de gamme. Bien que le camping traditionnel séduise encore une majorité de clients (56%), il est de plus en plus concurrencé par les hébergements tout confort (tentes meublées, chalets, mobile-home). Résultat: les établissements haut de gamme grimpent en flèche. Quand les emplacements trois et quatre étoiles voient leur nombre croitre de 14 et 18% depuis douze ans, les une et deux étoiles chutent de 15%.

Développement des chaînes

Une transformation progressive du secteur qui s’accompagne du développement des chaînes. Début 2012, 646 campings (+10% par rapport à 2010) y étaient affiliés. Ils ne représentent que 7% des campings, mais déjà 18% des emplacements. Les groupes et les chaînes pourraient représenter la moitié du chiffre d’affaires de l’industrie dans les trois ans à venir.

Dernière grande manœuvre en date: le partenariat, annoncé en juillet, entre Promeo (Villages Center, Kawan et le Gain) avec Vacances Directes (5.700 mobil-homes sur 130 implantations en France, en Italie et en Espagne) qui appartient à 21 Centrale Patners, le fonds d’investissement de la famille italienne Benetton. Le nouvel ensemble exploitera ainsi 38 campings avec 20.500 emplacements et 13.500 mobil-homes, majoritairement en France, mais aussi en Italie et en Espagne. «Le secteur se professionnalise de plus en plus», analyse Didier Arino du cabinet Protourisme. Le modèle du camping familial a quelque peu du plomb dans l’aile. Mais pour se délester de leur établissement, certains n’hésitent pas à faire grimper les prix. Compter cinq millions d’euros pour acheter un camping qui génère un peu plus d’un million de chiffre d’affaires, d’après Didier Arino.

Mathieu Bruckmüller
Mots-clés
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr