- JEAN-PIERRE MULLER / AFP

Mathieu Bruckmüller

Sale temps pour les professionnels du tourisme. Par rapport au mois de juillet dernier, déjà mauvais, la fréquentation moyenne a chuté de 10% dans l'hôtellerie des stations balnéaires. Les résidences de tourisme et les campings font un peu mieux avec un recul de 5%. Crise en Europe entraînant une baisse des séjours des touristes étrangers, mauvaises conditions climatiques et baisse du pouvoir d’achat des Français conjugués créent un cocktail détonant pour le secteur, résume Didier Arino, directeur du cabinet Protourisme. La ministre du Tourisme Sylvia Pinel, tablait sur un repli aux alentours de 2,8% pour la clientèle hexagonale sur l’ensemble de l’été. «Le taux de départ des Français s’affaiblit d’année en année», estime-t-elle.

Hausse de 3% de la fréquentation

Dans un contexte de baisse généralisée de la consommation touristique, le grand gagnant est le village vacances. Les touristes plébiscitent les formules «tout compris» qui leur permettent de mieux maîtriser leur budget vacances. Avec un prix moyen compris entre 350 et 450 euros par personne pour une semaine en demi-pension, c’est la «formule d’hébergement qui gagne des parts de marché cette année, dans toutes les régions et sur tous les espaces (rural, montagne, mer) avec une hausse des nuitées de 2% en moyenne», souligne Didier Arino.

«Nous connaissons une hausse de 3% de la fréquentation depuis le début de la saison, renchérit Philippe Laurençon, directeur général de Vacanciel. Nos villages de la région PACA affichent complet. Nous avons offert en dernière minute la pension complète pour le prix de la demi-pension sur certains villages. Avec une météo peu clémente début juillet, nous constatons une plus forte tendance à la réservation de dernière minute.»

«Pour aider nos clientèles à faire face à la crise, nous avons décidé chez VTF de faire 0% d’augmentation sur nos prix cette année», signale Claire Vidaud, directrice marketing chez VTF. En effet, les voyageurs «s’avèrent flexibles et malins pour dénicher des vacances au meilleur prix», souligne le comparateur de prix Liligo.com.

Le 15 août, le cœur de la saison estival

Mais les deux semaines à venir sont loin d’être remplies. Le taux de réservation n’est que de 80% alors qu’il est traditionnellement proche de 100%. De nombreux touristes se réservent pour la seconde quinzaine d’août au moment où les prix commencent à être plus bas. «Le 15 août constitue le cœur de la saison», indique Didier Arino. Désormais, 40% des vacanciers partent en juillet contre 60% le mois suivant.

En attendant, les prix cassés se multiplient. Plus de la moitié des séjours de dernières minutes, en juillet, étaient en promotion. Dans tous les cas, il sera très, très difficile de rattraper le retard accumulé en juillet, au mois d’août, qui l’an dernier fut un très bon cru. «Ils manquent la clientèle à très hauts revenus qui a pris la poudre d’escampette pour être certaine d’avoir du soleil», signale Didier Arino. Le Portugal, la Grèce et le Maghreb enregistrent une très forte demande, cet été, selon Liligo.com