Charles Doux, PDG du groupe volailler Doux, en redressement judiciaire depuis juin, va accepter de céder la majorité du groupe Doux à la banque Barclays dans le cadre du plan de continuation qu'il doit présenter aux syndicats jeudi, a-t-on appris mardi auprès d'un responsable de la CGT de Doux.
Charles Doux, PDG du groupe volailler Doux, en redressement judiciaire depuis juin, va accepter de céder la majorité du groupe Doux à la banque Barclays dans le cadre du plan de continuation qu'il doit présenter aux syndicats jeudi, a-t-on appris mardi auprès d'un responsable de la CGT de Doux. - Fred Tanneau afp.com

© 2012 AFP

Charles Doux, PDG du groupe volailler Doux, en redressement judiciaire depuis juin, va accepter de céder la majorité du groupe Doux à la banque Barclays dans le cadre du plan de continuation qu'il doit présenter aux syndicats jeudi, a-t-on appris mardi auprès d'un responsable de la CGT de Doux.

«La Barclays va prendre 80% du capital de Doux», a déclaré à l'AFP le délégué central syndical CGT Raymond Gouiffès, à l'issue d'une réunion préparatoire à la veille d'un comité central d'entreprise (CCE) décisif pour l'avenir du groupe volailler breton. Le responsable syndical, qui a affirmé tenir l'information du cabinet Syndex qui conseille les syndicats représentés au CCE, a estimé que Charles Doux «faisait marche arrière pour revenir au point de départ».

«La Barclays détiendrait 80% des parts et Doux 20% [en reprenant les dettes du volailler], exactement l'inverse d'aujourd'hui», a poursuivi Ryamond Gouiffès en estimant préférable l'entrée au capital de «plusieurs banques nationales plutôt qu'une» seule. La famille Doux détient actuellement 80% du groupe et Charles Doux avait ces dernières semaines refusé de devenir minoritaire, rejetant jusqu'à présent la prise de contrôle de la Barclays.