Pourquoi vous pourriez ne plus pouvoir gratter de jeux à la rentrée

22 contributions
Publié le 24 juillet 2012.

JEUX - Les buralistes et la Française des Jeux se rencontrent ce mercredi afin d'éviter une rupture qui mettrait fin à l'une des plus vieilles traditions du quotidien de la République française: le grattage et le tirage...

Et si vous ne pouviez plus gratter de tickets au tabac ou au bar à la rentrée? Les 28.000 buralistes de France, qui rencontrent mercredi la FDJ, tapent du point sur la table pour des raisons financières. La rémunération -de 5% brut sur le chiffre d’affaires des jeux- qu’ils perçoivent n’a pas évolué depuis 1976 –date de la création du Loto- tandis que les charges augmentent et que la FDJ impose toujours plus de jeux. «Augmenter notre rémunération est une nécessité et nous ne demandons qu’à passer de 5 à 6% sur cinq ans», détaille-t-il.

En somme, pour le moment, les buralistes ne récupèrent que 50 euros sur 1.000 euros de mises. Cerise sur le gâteau, la FDJ tire quant à elle 76% de ses revenus des jeux chez les buralistes et est donc très dépendante de ces derniers. La FDJ prévient qu’en cas de désaccord, il reviendra à l’Etat de décider. A ce sujet, François Hollande était, durant sa campagne électorale, favorable à un compromis équitable pour les buralistes. «Nous comptons beaucoup sur la réunion de mercredi», assure quant à lui Jean-Luc Renaud, secrétaire général de la Confédération des buralistes, à 20 Minutes.

Les jeux, véritable poil à gratter pour les deux parties

La FDJ prend le contrepied de ces attaques. Selon l’organisme, qui a généré 11,4 milliards d’euros de mises en 2011, en hausse de 8,5% par rapport à l’année d’avant, les buralistes bénéficient de leurs jeux directement et indirectement. Et les volumes de commissions sont en hausse de 30% sur trois ans, soit 410 millions d’euros, précise-t-elle.

Les buralistes rétorquent pour leur part qu’ils consacrent, selon eux, 50% de leur temps à s’occuper des perdants et des gagnants pour une activité qui représente 20% de leur chiffre d’affaires. «Les jeux sont de plus en plus nombreux et compliqués, notamment le Bingo et il y a quelques années le Mot Croisé», explique Jean-Luc Renaud, qui préconise que l’avis des buralistes soit demandé lors de la création des jeux. «Nous connaissons mieux que la FDJ les clients», assure-t-il. Une solution, selon lui: supprimer des jeux car «même si l’offre est moins grande, la demande sera toujours aussi forte», conclut-il.

Bertrand de Volontat
Mots-clés
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr