Le classement des hébergements touristiques fait peau neuve

4 contributions
Publié le 20 juillet 2012.

TOURISME – La cinquième étoile fait son apparition...

Trois ans après son vote, la loi initiée par Hervé Novelli, alors secrétaire d’Etat en charge du Tourisme dans le gouvernement Fillon, entre en vigueur ce lundi. Une petite révolution pour les quelque 17.000 hébergements dont les fameuses étoiles ne reflétaient parfois plus vraiment le standing qu’elles pouvaient laisser supposer.

Plus de 200 critères de contrôle

Désormais, les hôtels, campings, parcs résidentiels de loisir, résidences de tourisme, villages de vacances, locations saisonnières et autres villages résidentiels de tourisme sont soumis aux mêmes règles. Le classement d’une à cinq étoiles se fait selon l’équipement (surface, état, propreté…), services aux clients (langues parlées, accès Internet…) et enfin l’accessibilité et le développement durable.

Chaque établissement est désormais évalué selon plus de 200 critères, contre une trentaine auparavant. But affiché: redonner du sens aux étoiles en proposant des repères plus forts et plus fiables à la clientèle hexagonale et internationale. En effet jusqu’ici, les fameuses étoiles étaient accordées à vie. Désormais, les établissements devront se faire contrôler tous les cinq ans par un organisme de contrôle accrédité.

Plus de 7.000 établissements sur 17.000 sont certifiés

A date, près de 7.700 établissements ont obtenu leur nouvelle classification et 2.000 sont en voie de l’obtenir, soit au total près de la moitié des établissements dispatchés sur l’ensemble du territoire. Le temps estimé d’attribution d’un classement varie de six semaines à trois mois, contre de six mois à un an sous l’empire de l’ancien régime, où les visites étaient effectuées par les services compétents de l’Etat, et non par une entreprise privée, comme aujourd’hui. Ce nouveau classement décerne pour la première fois le label cinq étoiles, contre seulement quatre auparavant, une distinction, en effet, largement répandue dans les autres grandes destinations touristiques. 357 établissements, dont 206 hôtels, ont d’ores et déjà obtenu le précieux sésame. 1.822 peuvent se targuer de quatre étoiles, 5.095 ont trois étoiles, 3.154 ont deux étoiles et 526 ont une étoile.

Menée fin juin, une enquête réalisée par Tripadvisor auprès de 1.631 professionnels de l’hôtellerie française soulignait que 66% d’entre eux jugeaient que cette nouvelle classification était utile car elle permettra de se rapprocher des normes européennes et internationales, tout en permettant à la clientèle de faire son choix plus facilement. En revanche, 32% ne la trouvent pas nécessaire car soit le classement précédent leur convenait bien, soit que le nouveau n’a aucune importance pour la clientèle. Pour les professionnels qui ont souscrit à la nouvelle classification, 62% l’ont fait pour conserver leur classement, 29% pour obtenir une étoile supplémentaire et 26% pensent que c’est un bon moyen pour promouvoir leur établissement.

Des coûts trop élevés pour certains

A l’inverse, le sondage révèle que 48% des personnes interrogées n’ont pas souscrit à ce nouveau classement car ils préfèrent promouvoir leur établissement par d’autres moyens, 28% pensent que cela ne leur apportera aucun bénéfice, 16% estiment que leur logement ne répond pas au critère et 15% jugent ce nouveau mécanisme trop coûteux tandis que 10% n’ont pas le budget nécessaire pour faire les travaux de rénovation. En effet, le coût pour obtenir la nouvelle certification varie de 500 à 800 euros pour une classification d’une à trois étoiles et monte de 1.500 à 2.000 euros pour quatre ou cinq étoiles. 

M.B.
Mots-clés
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr