Location de voiture: Faut-il souscrire des assurances complémentaires?

2 contributions
Publié le 19 juillet 2012.

VACANCES - Les conseils pour choisir les bonnes options et garanties...

La route qui vous mène à la location est très balisée. Règle n°1: choisir un loueur de confiance. Règle n°2: lire attentivement son contrat de location pour bien connaître les règles du jeu. Des précautions trop souvent oubliées quand on réserve sa location à la va-vite sur le Web en cherchant avant tout le meilleur tarif.

Que dit le contrat de base?

«Il est important de connaître dans quel cas on est ou on n’est pas assuré»,  souligne Christophe Bescond, du courtier en assurance AcommeAssure. «Pour commencer, il faut savoir par exemple qu’en tant que professionnel, le loueur souscrit obligatoirement une assurance responsabilité civile a minima qui est incluse dans le prix de la location», explique-t-il.

Elle garantit les conséquences financières des dommages corporels ou matériels que le conducteur et les passagers du véhicule peuvent causer aux tiers lorsqu’ils se trouvent dans le véhicule. Elle couvre également les dommages subis par les passagers du véhicule. Mais pas les dommages corporels causés au conducteur.

Quelles sont les garanties et assurances complémentaires?

Pour assurer les personnes transportées dans le véhicule, et notamment les dommages corporels du conducteur ou la nécessité d’une assistance médicale, ainsi que le vol des effets personnels, les loueurs proposent une assurance complémentaire sous le sigle «PAI».

Pour les autres risques comme le bris de glace, les collisions ou le vol, c’est un peu plus compliqué. «Les loueurs sont eux-mêmes assurés tous risques. Cela signifie que vous n‘aurez pas à assumer le prix de la réparation. En revanche, il y a une notion de «franchise», c’est-à-dire une somme forfaitaire qui reste à votre charge et qui peut être souvent très importante, notamment quand on loue un véhicule de déménagement», note Christophe Bescond. Par exemple, chez Avis, la franchise peut atteindre jusqu’à 10.000 euros pour une petite citadine et 20.000 pour un utilitaire de 20m3.

Dans quels cas faut-il y souscrire?

En souscrivant les compléments de protection en cas d’accident (CDW) ou vol (TPC) du véhicule («rachats de franchise»), cela permet de limiter les franchises respectivement à 800 et 2.000 euros moyennant 5 à 15 euros par jour de location selon le type de garantie. Il est donc vivement conseillé d’y souscrire pour éviter les mauvaises surprises. Mais ce n’est pas systématique.

Il faut en effet être vigilant car vous pouvez sans le savoir bénéficier déjà d’un rachat de franchise grâce à un autre contrat d’assurance. «Le rachat de franchise peut déjà être prévu dans votre contrat assurance auto ou votre contrat d’assurance habitation. Par ailleurs, si vous avez payé votre location avec une carte Visa Premier ou Mastercard Gold, sachez que la franchise est déjà prise en charge», rappelle Christophe Bescond.

Attention aussi aux doublons avant de souscrire la garantie «dommages du conducteur». «Certains contrats étendent leurs garanties (comme la garantie dommages corporels du conducteur) au véhicule loué: cela veut dire que si vous avez un accident (même responsable) et que vous vous blessez, vos dommages corporels et ses conséquences (pertes de revenus, préjudice moral ou esthétique...) seront indemnisés. Sans cela, l'indemnisation se serait limitée au véhicule ou aux tiers», explique l’expert de AcommeAssure.

Claire Planchard
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr