Pour un chômeur, la probabilité est de rester 359 jours sans emploi

10 contributions
Publié le 17 juillet 2012.

EMPLOI – Un chiffre record selon un nouvel indicateur de Pôle emploi...

Pôle emploi vient de mettre en place un nouvel indicateur pour mesurer l’incidence de la conjoncture économique sur l’état du marché du travail. Résultat, ceux qui se sont inscrits au chômage au dernier trimestre 2011 courent le risque d’attendre 359 jours avant de retrouver un poste. Du jamais vu, alors que l’indicateur conjoncturel de durée au chômage (ICDC) a atteint son niveau le plus bas au 1er  trimestre  2007, avec une durée attendue de 7,5 mois, avant de monter à 12 mois d’attente au deuxième trimestre 2009.

Face au chômage, tous ne sont pas logés à la même enseigne. Les demandeurs d’emploi  de 50 ans ou plus, à environnement économique constant, connaissent des durées moyennes de  chômage environ 6 mois et demi plus élevées que celles des moins de 25 ans. «La crise, qui a  plus fortement affecté les plus âgés, a encore accentué cet écart. Si la durée attendue  de chômage des moins de 50 ans tend à  décroître légèrement dès le 2e trimestre  2009, elle ne cesse de s’accroître pour les demandeurs d’emploi âgés de 50 ans ou plus», souligne Pôle emploi.

Les femmes plus touchées que les hommes

Et si pour les hommes, la dégradation du marché du travail a culminé au deuxième trimestre 2009, avec un indicateur supérieur d’un mois à celui des femmes, le rebond de la croissance économique au 1er trimestre  2011 leur a, en revanche, davantage profité. Ainsi, leur durée de chômage est redevenue inférieure à celle des femmes.

Par ailleurs, les ouvriers, tout particulièrement les ouvriers qualifiés, sont ceux qui ont  le plus souffert de la crise. Alors que cette catégorie de demandeurs d’emploi a traditionnellement une durée de chômage faible, celle-ci devient la plus élevée de toutes les catégories socioprofessionnelles dès  le 4e trimestre 2008. À l’inverse, les employés non qualifiés ont été les plus épargnés, les activités tertiaires ayant été les moins affectées.

Des différences régionales se font également jour. La Corse, la Guyane et les Régions du Sud-Ouest se caractérisent ainsi par un indicateur inférieur à la moyenne nationale. A l'inverse, les Pays de la Loire, la Franche-Comté et le Poitou-Charentes ont été les plus touchés par la crise. 

Mathieu Bruckmüller
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr