EADS, Safran et la SNCF proposent d'embaucher des salariés de PSA

17 contributions
Publié le 12 juillet 2012.

AUTOMOBILE - Le gouvernement présentera un plan automobile le 25 juillet...

Face au choc causé jeudi par le projet de la fermeture de l'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), plusieurs grandes entreprises comme la SNCF, Airbus ou encore Safran se sont déclarées prêtes à recruter une partie des salariés du constructeur automobile.

Conséquence de la dégradation du marché européen, PSA a annoncé son intention de supprimer 8.000 emplois supplémentaires sur ses sites français et de fermer en 2014 son usine d'assemblage d'Aulnay dans l'espoir de limiter ses pertes.  La production d'Aulnay sera transférée sur l'usine voisine de Poissy (Yvelines), où environ la moitié des salariés d'Aulnay pourraient se voir proposer des postes actuellement occupés par des intérimaires. Pour les autres salariés du site, un reclassement externe dans d'autres sociétés pourrait être envisagé et des entreprises, au sein desquelles l'Etat français possède une participation, ont manifesté un intérêt, signe que le gouvernement entend peser dans ce dossier.

La production automobile en France, notamment celle de petites voitures, pourrait être durablement touchée par les surcapacités constatées en Europe et l'attrait des constructeurs pour les pays où la main-d'oeuvre est significativement moins chère. A l'inverse, le secteur aéronautique, qui bénéficie de carnets de commandes portant sur plusieurs années, peine à recruter des ingénieurs et des techniciens à haute valeur ajoutée. «L'automobile détient des compétences qui sont susceptibles d'intéresser l'aéronautique, notamment dans l'ingénierie et dans la chaîne d'approvisionnement», a déclaré Thierry Baril, directeur des ressources humaines d'EADS. «C'est sûr que les compétences chez Peugeot sont des compétences qui, avec un minimum de formation, sont compatibles avec l'industrie aéronautique. Ce sont des métiers similaires», a de son côté réagi Gilbert Plo, délégué syndical central CFTC d'Airbus, la principale division d'EADS.

Safran peut accueillir jusqu'à 400 salariés

Le motoriste aéronautique Safran, contrôlé à 30% par l'Etat, estime de son côté être en mesure d'accueillir jusqu'à 400 salariés de PSA. Le groupe a contacté le constructeur automobile en février et les directeurs des ressources humaines des deux groupes se sont rencontrés en avril. Safran, qui compte beaucoup d'établissements en région parisienne, s'est montré particulièrement intéressé par la proximité avec PSA sur plusieurs métiers. En mai, il a recueilli 200 CV lors de deux forums emploi organisés par PSA, dont 80 ont débouché sur des candidatures. En retour, Safran a organisé la semaine dernière deux journées spéciales sur les sites PSA de Vélizy-Villacoublay (design) et de La Garenne-Colombes (R&D) et reccueilli à cette occasion une centaine de CV.

Le président de la SNCF, Guillaume Pepy, s'est déclaré sur la même ligne jeudi matin. «S'il y a des gens qui viennent du secteur automobile, on y fera particulièrement attention. Il y a tout un savoir-faire dans les usines automobiles que nous savons, nous, utiliser à la SNCF"» a-t-il dit sur BFM Business. Le gouvernement, qui entend démontrer qu'il a pris la mesure de l'urgence de la situation, a annoncé que le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, présenterait un plan de soutien à la filière automobile très attendu le 25 juillet.

Avec Reuters
publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr