Pourquoi le taux du livret A sera maintenu à 2,25%

8 contributions
Publié le 12 juillet 2012.

EPARGNE - L'inflation se stabilise...

Le taux de rémunération du livret A restera de 2,25% à compter du 1er août, a annoncé jeudi la Banque de France. Cette décision faite suite à la publication des chiffres de l'inflation en juin qui montrent une stabilité des prix sur un mois et une hausse de 1,9% sur un an. «Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, a estimé qu'il n'y avait pas lieu d'invoquer des circonstances exceptionnelles. Dès lors, en application des règles de calcul du taux de rémunération du livret A, celui-ci doit être maintenu à 2,25%», a annoncé la Banque de France dans un communiqué.

La formule inscrite dans l'arrêté du 29 janvier 2008 prévoit que le rendement du Livret A doit être calculé soit en intégrant à la fois les taux des prêts entre banques (marché interbancaire) et l'inflation, soit en ne retenant que la seule inflation, selon la solution qui offre le meilleur taux. Les taux des prêts entre banques étant à leurs plus bas niveaux historiques, l'utilisation du seul chiffre de l'inflation majoré d'un quart de point, comme le prévoit l'arrêté, donne 2,15%. Le texte prévoit d'arrondir au quart de point le plus proche, ce qui amène à 2,25%, soit le taux actuel.

Interdire le cumul du livret A

A la fin 2011, on comptait 61,6 millions de livrets A, ce qui signifie que certaines personnes en possèdent plusieurs, ce qui est interdit. Un décret devrait imposer, début 2013, à toutes les banques de vérifier, avant l'ouverture d'un Livret A, que l'épargnant n'en possède pas déjà un. Charge à elles d'interroger l'administration fiscale sur l'existence éventuelle d'un précédent Livret A. Celle-ci répondra ensuite sous 48 heures et le client aura alors le choix, au cas où il posséderait déjà un livret, d'abandonner sa demande, de fermer lui-même le ou les livrets déjà existants ou de confier à l'établissement de crédit le soin de faire les démarches de fermeture et de transfert de fonds. Il s'agit d'une petite révolution pour ce livret bientôt bicentenaire, car il était jusqu'ici impossible pour une banque de savoir, a priori, si un épargnant possédait déjà un Livret A dans un autre établissement avant de lui en ouvrir un.

Mercredi, Christian Noyer, a invité le gouvernement à faire preuve d'une grande prudence dans ses décisions sur le relèvement des plafonds du livret A et du livret de développement durable promis par François Hollande. Il faut, a dit Christian Noyer «ne pas déstabiliser le financement des entreprises, le financement des ménages, le financement de la dette publique» en provoquant un flux de capitaux au détriment d'autres produits d'épargne.

M.B. avec agences
publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr