Une caissière dans un hypermarché de la commune de Lieusaint (Seine-et-Marne) en 2008. 
 
Une caissière dans un hypermarché de la commune de Lieusaint (Seine-et-Marne) en 2008.   - VALINCO/SIPA

Lucie Romano

Pourquoi, dix ans après la mise en circulation des euros dans l'Hexagone, les Français estiment-ils toujours que les prix augmentent plus que l'inflation? C'est à cette question que des chercheurs de l'Insee, l'Institut national de la statistique et des études économiques, en partenariat avec la Banque de France, viennent de répondre. Les consommateurs estiment la hausse des prix à 8 %, soit 6 points de plus que les 2 % d'inflation annuelle ; 6 points que l'étude cherche à expliquer.

Premier constat : cet écart entre l'inflation réelle et l'inflation perçue réside dans la manière dont les consommateurs donnent plus ou moins d'importance aux prix des produits. S'ils semblent ne pas faire d'erreur majeure sur l'évolution des prix des produits les plus courants, les choses qu'ils achètent le plus semblent avoir plus de poids que les autres. Ainsi la baguette de pain quotidienne, de par la fréquence de l'achat, pèse plus que son poids financier réel.

Deuxième piste : les consommateurs sont bien plus sensibles aux hausses qu'aux baisses, et ont tendance à retenir davantage les augmentations. En cumulant ces deux approches, les chercheurs retombent sur leurs 6 points de trop. Un constat « rassurant, car il est compatible avec une rationalité du consommateur, même si celle-ci est plus qualitative que celle de l'économiste », conclut Jean-Louis Lhéritier, chef de département à l'institut. Qui invite à retrouver sur le site Internet de l'Insee un simulateur d'inflation personnelle.