La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, a mis en garde contre une poussée du protectionnisme, mardi lors d'une visite en Indonésie, deuxième étape d'une tournée asiatique.
La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, a mis en garde contre une poussée du protectionnisme, mardi lors d'une visite en Indonésie, deuxième étape d'une tournée asiatique. - Romeo Gacad afp.com

© 2012 AFP

"Le dernier rapport de l'OMC (Organisation mondiale du commerce) est vraiment inquiétant car il montre une poussée des mesures protectionnistes prises ici ou là, discrètement", a déclaré la Française lors d'un discours prononcé lors de l'Asean-Latin Business Forum, une conférence réunissant à Jakarta des pays de l'Association des nations d'Asie du Sud-Est (Asean) et d'Amérique latine.

"Cela ne se fait pas directement par l'intermédiaire de droits de douane car ce serait trop visible dans la plupart des cas, mais avec un protectionnisme implicite", a-t-elle ajouté, citant des barrières "sanitaires" ou des mesures qui rendent obligatoires "des normes techniques spécifiques".

"Aucun pays n'est immunisé", a-t-elle souligné.

L'OMC s'était inquiétée fin mai de la tentation du protectionnisme, dénonçant une accumulation de mesures qui ont un impact "d'environ 3% sur le commerce mondial, et de 4% pour le commerce du G20".

"Ce qui m'inquiète est l'accumulation de ces mesures" protectionnistes, avait déclaré Pascal Lamy, directeur de l'OMC, en marge du Forum économique mondial sur l'Asie de l'Est à Bangkok, à l'occasion de la publication d'un rapport sur le G20.

"C'est un peu comme du mauvais cholestérol. C'est une lente accumulation de petites mesures prises une par une, mais qui après un certain temps risquent de boucher les artères de l'économie mondiale", avait-il souligné.

Mme Lagarde est en Indonésie jusqu'à mercredi, deuxième étape d'une tournée asiatique qui l'a emmenée au Japon et qui doit s'achever en Thaïlande.

Elle devait rencontrer mardi en fin de matinée le président indonésien Susilo Bambang Yudhoyono.