Les logos d'Apple et d'Android, l'OS mobile de Google.
Les logos d'Apple et d'Android, l'OS mobile de Google. - DR

Mathieu Bruckmüller

Avec son porte-monnaie électronique, présenté ce jeudi, BPCE espère frapper un grand coup. Intitulé S-money, ce nouveau moyen de paiement à destination des utilisateurs de smartphone, soit environ 30% des Français, va, notamment permettre le transfert d’argent entre particuliers. Pour partager une note au resto, par exemple, finis les échanges de billets ou de pièces,  la simple saisie du numéro de mobile du destinataire suffit.

Il sera également possible de régler directement ses achats chez un commerçant, via son mobile, ou effectuer un paiement chez un commerçant en ligne, sans indiquer son numéro de carte bancaire. Ce nouveau service inédit pourrait s’avérer aussi très utile pour régler directement auprès des professionnels qui ne disposent pas d’un terminal de paiement comme un chauffeur de taxi, un livreur de sushis ou encore un professeur à domicile.

Un service pour les petits achats du quotidien

Pour tout cela, il suffira juste de télécharger gratuitement l’application S-money (disponible sur iPhone, Androïd et dans les prochaines semaines sur Windows Phone) et de transférer de l’argent depuis son compte sur ce porte-monnaie virtuel. Avantage de taille: les échanges d’argent son instantanées. La somme envoyée est donc réutilisable immédiatement. Avec ce nouveau service, BPCE entend faciliter surtout les petits achats du quotidien, pour lesquels la carte bleue est souvent refusée. Plus besoin de monnaie ou de chèques quand on va chez le boulanger ou le buraliste. La limite est fixée à 1.500 euros par transaction auprès d’un commerçant et à 500 euros pour le versement entre particuliers.

Ce système sera également proposé, avec l’accord des parents, aux mineurs qui n’ont pas toujours de compte bancaire. BPCE insiste aussi sur la sécurité du dispositif. Les transactions sont protégées par l’authentification systématique d’un code personnel à six chiffres. Idem pour chaque accès préalable à l’application S-money, depuis son mobile. De plus, le compte de monnaie électronique, séparé du compte bancaire, ne peut être débiteur.

Les professionnels devront payer

Gratuit pour les particuliers, ce service sera déployé en pilote dès septembre à Toulouse et Rennes, puis à Nantes et Bordeaux, avant d’être généralisé à l’ensemble du territoire dès 2013. Si BPCE ne donne pas d’objectifs chiffrés précis, le groupe peut compter sur sa base actuelle, soit plus de 26 millions de clients particuliers et un tiers des commerçants français, et l’effet de viralité, pour assurer le succès de ce nouveau service. En effet, tous ceux qui ne sont pas clients des réseaux Caisse d’Epargne ou Banques Populaires pourront télécharger et utiliser S-money.

Le coût de cet investissement technologique de trois millions d’euros sera supporté par les professionnels puisqu’ils devront payer pour proposer ce service à leurs clients. Pour les inciter à franchir le pas, BPCE souligne que ce service, 100% garanti, évite les risques d’impayés par chèque et renforce leur sécurité en évitant le transport et la manipulation d’espèces.

De plus, S-money pourra assurer d’autres services également utiles aux particuliers - sous réserve de leur autorisation - comme la géolocalisation des commerces acceptant les paiements via S-money, l’accès aux fiches de commerçants avec des informations pratiques (numéro de téléphone, horaires d’ouverture) et des informations sur les offres des commerçants à proximité.

>> Êtes-vous tenté par ce nouveau moyen de paiement? Pratique ou pas très fiable? Donnez-nous votre avis dans les commentaires ou écrivez-nous à reporter-mobile@20minutes.fr