Le groupe Galeries Lafayette, qui va céder les 50% de Monoprix qu'il détenait pour 1,175 milliard d'euros, veut accroître ses parts de marchés dans le prêt-à-porter, la parfumerie, les montres, la bijouterie et l'e-commerce, selon son PDG, Philippe Houzé.
Le groupe Galeries Lafayette, qui va céder les 50% de Monoprix qu'il détenait pour 1,175 milliard d'euros, veut accroître ses parts de marchés dans le prêt-à-porter, la parfumerie, les montres, la bijouterie et l'e-commerce, selon son PDG, Philippe Houzé. - Martin Bureau afp.com

© 2012 AFP

Le groupe Galeries Lafayette, qui va céder les 50% de Monoprix qu'il détenait pour 1,175 milliard d'euros, veut accroître ses parts de marchés dans le prêt-à-porter, la parfumerie, les montres, la bijouterie et l'e-commerce, selon son PDG, Philippe Houzé.

Dans une interview au Figaro samedi, le président de ce groupe familial précise qu'il veut faire des Galeries, "un multispécialiste de l'équipement de la personne, de la mode, de la décoration, multicanal et international".

Autrement dit, il veut acquérir des marques dans les métiers de l'équipement de la personne, comme il l'a fait pour Louis Pion dans l'horlogerie au point de devenir leader de ce secteur.

"Les Galeries Lafayette doivent devenir N°1 sur le prêt-à-porter, assure M. Houzé. Pour y parvenir, le groupe est prêt à racheter des marques milieu et haut de gamme".

"Nous avons aussi des ambitions dans le secteur de la bijouterie", poursuit-il.

Le PDG n'exclut pas des acquisitions dans le e-commerce, veut "aller chercher de la croissance à l'international, notamment en Chine.

A propos du prix de Monoprix, sur lequel les deux actionnaires ont été en conflit pendant plusieurs mois, M. Houzé le qualifie de "prix juste", soulignant avoir été jusqu'à proposer un délai de paiement jusqu'en octobre 2013 pour montrer (sa) bonne volonté".

Galeries Lafayette et Casino ont annoncé vendredi avoir trouvé un accord pour Monoprix, une enseigne qu'ils détenaient à parité.

Casino, dirigé par Jean-Charles Naouri, rachètera d'ici au 30 octobre 2013 les 50% détenus par le groupe de la richissime famille Moulin dans l'enseigne spécialiste des centre-ville (4 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2011).