Le géant russe Gazprom s'est fixé comme priorité d'accroître ses exportations de gaz naturel liquéfié (GNL), essentiellement vers l'Asie où la demande est en forte croissance, a indiqué vendredi son président, Alexeï Miller.
Le géant russe Gazprom s'est fixé comme priorité d'accroître ses exportations de gaz naturel liquéfié (GNL), essentiellement vers l'Asie où la demande est en forte croissance, a indiqué vendredi son président, Alexeï Miller. - Natalia Kolesnikova afp.com

© 2012 AFP

Le géant russe Gazprom s'est fixé comme priorité d'accroître ses exportations de gaz naturel liquéfié (GNL), essentiellement vers l'Asie où la demande est en forte croissance, a indiqué vendredi son président, Alexeï Miller.

"Gazprom va devenir dans un avenir proche un acteur majeur sur le marché du GNL", a assuré M. Miller aux actionnaires du groupe, réunis à l'occasion de son assemblée générale annuelle.

En 2011, Gazprom a produit 10,67 millions de tonnes de GNL dans le cadre de son projet Sakhaline-2, dans l'Extrême-Orient russe, et en a exporté 2,3 millions de tonnes, a-t-il indiqué.

Gazprom exporte l'essentiel de son gaz via des gazoducs fournissant l'Europe mais ne dispose pas de réseau pour l'Asie.

Mais de nouvelles perspectives s'ouvrent, avec la hausse de la demande de la part des pays de cette région, a souligné M. Miller.

"La demande en GNL augmente sur les marchés traditionnels, le Japon, la Corée et Taïwan. Le potentiel est important du côté de nouveaux consommateurs majeurs, l'Inde et la Chine", a-t-il détaillé.

Par ailleurs, "les marchés du GNL se développent à Singapour, au Pakistan, aux Philippines, en Thaïlande et au Bangladesh", a-t-il poursuivi.

La compagnie prévoit de lancer une nouvelle usine de liquéfaction du gaz naturel à Vladivostok "en 2016-2017", a indiqué M. Miller.

Cette usine doit être construite par Gazprom et un consortium japonais dirigé par la maison de commerce Itochu, pour un montant évalué à environ 10 milliards d'euros.

Une fois achevée, elle recevra le gaz naturel en provenance d'autres parties de la Russie pour le liquéfier avant de l'expédier vers les pays de la région Asie-Pacifique.