Jean-Bernard Lévy quitte le directoire de Vivendi

2 contributions
Publié le 29 janvier 2014.

ECONOMIE - Il était à la tête du groupe depuis 10 ans...

Jean-Bernard Lévy, président du directoire du groupe diversifié Vivendi (médias, télécoms, jeux video) quitte le groupe, soumis à de fortes turbulences, selon une information publiée sur le site du Figaro.fr. Un porte-parole du groupe, contacté par l'AFP a indiqué que le groupe ne ferait aucun commentaire. Le patron de Vivendi depuis dix ans, part en raison de divergences stratégiques avec le président du conseil de surveillance Jean-René Fourtou, selon Le Figaro.fr. Il sera remplacé de façon transitoire par l'actuel secrétaire général de Vivendi, Jean-François Dubos. Son départ sera validé lors d'un conseil d'administration convoqué jeudi à 17 heures, précise le site du Figaro.

Exit Combes

Un responsable syndical a indiqué à l'AFP, sous couvert d'anonymat, qu'il y avait «de fortes probabilités qu'il (M. Lévy) ne reste pas à la tête de Vivendi, ni SFR», dont il assurait depuis fin mars la présidence par intérim. «Il y avait un comité de groupe Vivendi ce (jeudi) matin, et Jean-Bernard Lévy n'est pas venu», selon Vanessa Jereb, responsable syndicale UNSA chez SFR. En outre, l'actuel numéro deux de Vodafone, Michel Combes, qui devait prendre ses fonctions de PDG chez SFR en août «ne viendra pas chez SFR, mais n'ira pas non plus chez Vivendi», a ajouté cette syndicaliste. Les délégués UNSA ont demandé si Jean-Bernard Lévy assisterait au comité central d'entreprise de SFR prévu le 3 juillet et «la direction a répondu qu'il ne serait pas là», selon ces délégués. Jean-Bernard Lévy pourrait reprendre une société aux États-Unis, selon Le Figaro.

Le titre en forte hausse

La Bourse de Paris a accueilli favorablement cette annonce, jeudi en début d'après-midi, et le titre du groupe diversifié bondissait de 3,79% à 13,96 euros à 14H00, plus forte hausse du CAC40, alors qu'elle était restée stable jusqu'à l'annonce du Figaro. Un Comité central d'entreprise (CCE) se tiendra les 3 et 4 juillet chez SFR (groupe Vivendi) pour aborder la stratégie, selon les syndicats du groupe qui ne s'attendent pas a priori à des annonces sur l'emploi, même si une réorganisation est en vue. En mai, la direction du deuxième opérateur mobile, qui emploie 10.000 salariés, avait indiqué qu'elle étudiait un «projet d'adaptation des structures» de l'entreprise au nouveau contexte du secteur des télécoms créé par l'arrivée d'un concurrent agressif, Free, sur le marché français de la téléphonie mobile. Depuis, la presse a fait état de projets de suppression de postes pouvant toucher jusqu'à 1.600 salariés, des chiffres qui sont pour l'heure de l'ordre de la "spéculation" selon certaines organisations syndicales.

avec AFP
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr