Manifestation de retraités pour le maintien de leur pouvoir d'achat, le 16 octobre 2009 à Paris
Manifestation de retraités pour le maintien de leur pouvoir d'achat, le 16 octobre 2009 à Paris - M. FEDOUACH / AFP

M.B.

Nicolas Sarkozy, qui s’est présenté comme le candidat du pouvoir d’achat des Français à l’occasion de la dernière élection présidentielle, vient a posteriori d’être cinglement démenti par les derniers chiffres de l’Insee, publiés ce mercredi. En 2011, il a reculé de 0,1% après une hausse de 0,3% l’année précédente. L’ancien chef de l’Etat en est donc pour ses frais, lui qui, tout au long de la campagne, n’a cessé de marteler que l’Hexagone s’en sortait mieux que ses voisins.

En fait, l’an dernier, le revenu disponible brut des ménages, ce qui reste pour la consommation et l'épargne après avoir payé les prélèvements sociaux et fiscaux, s’est accéléré (+2,6% après +2,0% en 2010). Mais en parallèle, l’inflation a progressé de 2,1%, liée «pour une large partie de la forte augmentation du prix des matières premières énergétiques et alimentaires à partir de l’été 2010», souligne l’Insee. Au total, malgré la bonne tenue des revenus, le pouvoir d’achat a, en théorie, progressé de seulement 0,5% après un gain de 0,9% en 2010.

Seul hic, le pouvoir d'achat du revenu disponible brut n’est pas la donnée la plus représentative du ressenti des Français. En effet, il ne tient pas compte de l'évolution démographique et de la composition des ménages. Ainsi pour un  revenu égal, un couple dispose d'un pouvoir d'achat plus élevé que deux célibataires vivant séparément, puisqu'il mutualise plusieurs dépenses comme l’électroménager, l’électricité, etc.). Dans ce contexte, selon l’Insee le pouvoir d’achat du revenu disponible brut par unité de consommation est l’indicateur le plus pertinent. Ramené à un niveau individuel moyen, le pouvoir d’achat a reculé de 0,1% après que l’organisme ait annoncé plus tôt une progression de 0,4%.

Et la tendance ne devrait pas s’inverser en 2012. Depuis le début de l’année, le pouvoir d’achat est en repli de 0,3%.