Procès Kerviel: La direction a «sali» la Société Générale

3 contributions
Publié le 14 juin 2012.

BANQUE - Le témoin clé de l'ancien trader a attaqué bille en tête les dirigeants de la banque...

Du renfort pour Jérôme Kerviel. Un témoin censé étayer la théorie du complot ourdi par la Société Générale contre lui s'est présenté jeudi à 11h00 au procès en appel de l'ancien trader par souci de «justice». Philippe Houbé, 55 ans, chargé de compte à la société de courtage Newedge (ex-Fimat), filiale de la Société Générale, paraissait toutefois avoir la tâche difficile pour démonter techniquement, avec son bon sens et sa capacité d'indignation, les arguments de la Société Générale, lors du procès en appel qui se tient à Paris depuis le 4 juin.

L'ancien trader estime avoir servi de fusible à la Société Générale dans la crise des crédits hypothécaires américains, considérant que ses supérieurs n'ignoraient rien de ses prises de positions spéculatives massives mais l'ont laissé faire à dessein. Pour Philippe Houbé, la manière dont la Société Générale a présenté l'affaire Kerviel «insulte la profession, le bon sens et la justice». «C'est ce qui m'a déterminé» à contacter l'avocat de l'ancien trader, David Koubbi, et à venir témoigner, a-t-il dit.

«Petite bidouilles»

Dans cette affaire, «les représentants de la direction n'ont pas assumé leurs responsabilités». Ils ont, selon lui, «sali» l'entreprise et son personnel «pour garder leurs postes et les avantages qui vont avec». Pour lui, il est «impossible» que sa hiérarchie n'ait rien vu des prises de positions massives de Jérôme Kerviel, comme l'affirme la banque. «Des choses énormes soi-disant dissimulées par des petites bidouilles ?», c'est impossible, a-t-il insisté.

Jérôme Kerviel, 35 ans, a été condamné en première instance à trois ans de prison ferme et à des dommages et intérêts de 4,9 milliards d'euros, montant de la perte que lui impute la banque et dont il a été jugé seul responsable.

D'abord interrogé par Me Koubbi, Philippe Houbé a ensuite eu des échanges animés avec les avocats et la représentante de la Société Générale, Claire Dumas, à propos du «débouclage» des positions spéculatives de Jérôme Kerviel, en janvier 2008. Selon lui, la banque a alourdi la perte imputée à Jérôme Kerviel, pour alléger ses propres pertes dues aux subprimes. Ce que la banque dément, et qu'a nié un chef trader entendu par la cour avant Philippe Houbé.

Montant «surréaliste»

Ce trader, Maxime Kahn, 41 ans, a expliqué comment il avait débouclé (soldé) les positions prises par Jérôme Kerviel pour un montant «surréaliste», selon lui, de 50 milliards d'euros. L'opération, a-t-il dit, devait rester «confidentielle». «Si le marché avait su que la Société Générale était en train de déboucler une position +surnaturelle+», la banque n'aurait «plus (été) solvable», elle aurait été confrontée à une «crise de liquidités» fatale, selon lui.

Maxime Kahn, responsable d'une équipe de traders à la Société Générale, a affirmé avoir débouclé ni plus, ni moins, que les 50 milliards de positions de Jérôme Kerviel. Il a en outre qualifié de «complètement délirante» la théorie du complot.

Avec AFP
publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr