Grèce: Quand la drachme reverrait le jour

0 contributions
Publié le 11 juin 2012.

ECONOMIE - L'abandon par la Grèce de l'euro pour revenir à la drachme ou une monnaie hybride s'est ancré dans tous les scénarios....

Cela n'est plus un tabou et sans être une fatalité, l'abandon par la Grèce de l'euro pour revenir à la drachme ou une monnaie hybride s'est ancré dans tous les scénarios.

En avertissement, la chancelière allemande Angela Merkel, les présidents américain Barack Obama et français François Hollande ont montré aux Grecs la croisée des chemins: voie de la rigueur ou sortie de l'euro.

Dimanche prochain, ils retournent aux urnes pour confier le pouvoir à la droite ou à la gauche radicale, aux discours opposés mais truffés d'ambiguïtés sur la route escarpée à emprunter.

Le leader conservateur Antonis Samaras promet une "renégociation" du "mémorandum", le plan de rigueur scellé avec les prêteurs internationaux en contrepartie d'une massive aide internationale de 347 mds d'euros.

Le chef du parti de la gauche radicale Syriza, Alexis Tsipras veut lui son "annulation". Et chacun affirme, en profession de foi, que la mise en oeuvre de son programme n'aura aucun effet sur le maintien dans la zone euro.

Sauf que les scénarios d'un "D-day", le jour où pourrait réapparaître la drachme, qui s'était effacée en 2001 devant l'euro, circulent dans les capitales et les banques à travers le monde.

Qu'ils l'estiment "catastrophique", le mot grec choisi par l'ex-premier ministre Lucas Papademos, ou "préférable", tel l'économiste "prophète" américain Nouriel Roubini, les experts sortent les calculettes.

Une bataille de chiffres est lancée à coups de milliards d'euros - de 150 à 350 mds d'euros, selon la Barclay's, la DeKaBank ou l'UBS - sur le coût direct de ce "Grexit" (acronyme anglo-saxon formé par l'hebdomadaire The Economist en mêlant les mots "Greece" et "Exit" pour sortie), sans précédent et non prévu par les traités européens.

La facture finale, beaucoup plus lourde pour les contribuables européens et les Grecs, résulterait d'une équation à multiples inconnues liées à la gestion de l'opération et à l'onde de choc dans la zone euro.

Un scénario bouclé début juin par le géant bancaire allemand Deutsche Bank détaille ce que pourrait être une période à hauts risques suivant une cessation de paiements par la Grèce "aussi tôt que fin juin ou début juillet".

Il n'existe pas de "risque zéro" d'une sortie de l'euro, selon ce document obtenu par l'AFP dans les milieux bancaires à Athènes. Les risques sont associés à un jeu d'hypothèses basé sur l'issue du scrutin de dimanche.

En cas d'une coalition "faible" menée par la droite, avec une participation des socialistes, le risque est jugé "modéré". Il devient "élevé" avec une coalition de gauche radicale ou un nouveau blocage politique, comme le 6 mai dernier.

"A court terme, +l'Euro Exit grec+ peut encore être évité, mais le risque a augmenté fortement depuis le 6 mai"."Les préconditions sont déjà en place", note la banque pour qui les "événements déclencheurs" potentiels ne manquent pas.

La Deutsche Bank évoque en dix points un scénario du "risque extrême", en commençant par l'incapacité par la Grèce financer ses déficits publics, une banqueroute de fait.

La Vouli, le parlement grec, se réunit alors en session extraordinaire un week-end pour légiférer sur l'abandon de l'euro, et prendre d'autres mesures capitales.

Un contrôle des capitaux serait décreté pour contrer les fuites de capitaux à l'étranger et une ruée vers les banques. En deux ans, celles-ci ont perdu un tiers de leurs dépôts, qui sont tombés à 165 mds d'euros fin mars contre 237,5 milliards à fin décembre 2009.

Dans le scénario, la Banque de Grèce retrouve son rôle pivot d'avant la Banque centrale européenne (BCE), avec une palette de mesures réglementaires ou techniques à entreprendre, notamment pour les paiements électroniques.

Une autre étape consiste à émettre des reconnaissances de dettes "IOU" (I owe you) pour payer fonctionnaires, retraités et créanciers, sur le modèle de ce que fit la Californie en 2009, alors en déroute budgétaire.

Selon le chef économiste de la Deutsche Bank, Thomas Mayer, la Grèce pourrait avoir ainsi une monnaie hybride, avec un IOU interne, baptisé "Geuro", qui permettrait au pays de dévaluer, sans "formellement" quitter l'euro.

Mais si un consensus se dessine autour d'une dévaluation moyenne de 50%, des économistes comme Nouriel Roubini pensent que le meilleur choix est le retour à la drachme, la monnaie frappée de la chouette, symbole de la sagesse.

© 2012 AFP
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité

publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr