Carrefour ne vendra bientôt plus de carburant sur les autoroutes

7 contributions
Publié le 6 juin 2012.

ECONOMIE - Il gère encore vingt stations essence...

A la peine face à l’érosion de ses parts de marché en France, le premier distributeur européen se recentre sur son métier d’origine, à en croire les informations publiées ce mercredi par Le Figaro. Présent sur les aires d’autoroutes depuis 2001, Carrefour, qui dispose encore de vingt stations, battrait donc en retraite.

«Ils n’ont répondu à aucun des soixante appels d’offres que nous avons lancés (pour des concessions de stations service) depuis 2010», note Hervé Adam, responsable des aires d’autoroutes chez Vinci Autoroutes (Autoroutes du Sud de la France, Cofiroute et Escota). Son de cloche similaire chez Autoroutes Paris-Rhin-Rhône où le groupe n’a plus que deux stations contre six auparavant. «L’année dernière, ce distributeur a répondu aux appels d’offres mais comme s’il n’avait pas envie de les gagner», explique Eric Dubut, le responsable des installations commerciales. Un scénario validé par un observateur qui invoque des difficultés de rentabilité.

Vers une mise en vente de l’ensemble du réseau?

Selon le quotidien, Carrefour pourrait mettre en vente l’ensemble de son réseau existant, ce que dément le groupe. Et le mouvement serait susceptible de s’étendre à l’ensemble des stations services de super et d’hypermarchés, selon une source interrogée par Le Figaro. En effet, Georges Plassat, le nouveau grand patron, serait à la recherche de liquidités pour investir dans des domaines jugés prioritaires. Une possibilité à laquelle ne croit pas un analyste interrogé par 20 Minutes. En effet, les prix bas pratiqués par les distributeurs dans leurs stations permettent de générer un surcroit de trafic dans les magasins. Sous-traiter les stations ne permettrait donc plus à Carrefour d’imposer des prix bas sur les carburants, ce qui risquerait de détériorer son image-prix auprès des clients.

Quoi qu’il en soit, ces rumeurs témoignent du changement de cap qu’entend donner la nouvelle direction du deuxième distributeur mondial. Lundi, le directeur des opérations en France, Noël Prioux, a évoqué selon les syndicats quelques pistes sur sa stratégie pour ses hypermarchés français, qui passera par la redynamisation de l'électroménager, la fermeture d'espaces de bijouterie déficitaires et la mise en libre-service de la téléphonie. Les vendeurs concernés dans les bijouteries et la téléphonie, environ 300 personnes, seront reclassés, a assuré la direction aux syndicats. 

Mais les syndicats craignent toujours quelque 3.000 suppressions d'emplois dans les sièges et les services logistiques du groupe.

M.B.
Mots-clés
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr